16 juillet 2015 / 19:29 / il y a 2 ans

Le très haut débit doit passer à la vitesse supérieure-Macron

PARIS, 16 juillet (Reuters) - Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a appelé jeudi les opérateurs privés à respecter leurs engagements dans le cadre plan France Très Haut Débit qui vise à doter l'intégralité du territoire français de connexions internet fixe très rapides d'ici 2022.

La couverture du territoire français en très haut débit est passée à 44,3% à la fin du deuxième trimestre, contre 34,6% fin 2013.

Le plan lancé en 2013 vise à rattraper le retard de la France par rapport à d'autres pays européens, pour un coût de 20 milliards d'euros sur dix ans, partagé entre les opérateurs privés, les collectivités territoriales et l'Etat.

Les opérateurs privés doivent déployer des réseaux de fibre optique jusqu'à l'abonné (FttH, pour Fiber to the Home) d'ici 2022 dans les zones les plus denses, qui représentent 57% de la population française, pour un investissement estimé entre six et sept milliards d'euros, hors raccordements finaux.

"Ces derniers mois, il y a eu de nombreuses questions sur la réalité de leur engagement, même si globalement, les déploiements très haut débit se sont accélérés", a déclaré Emmanuel Macron lors d'une réunion annuelle sur ce projet.

Parmi les problèmes rencontrés, Orange comme SFR-Numericable ont pris du retard sur certains chantiers de la métropole de Lille.

Emmanuel Macron demande donc, "pour lever tout doute", aux opérateurs de contractualiser systématiquement leur calendrier de déploiement d'ici la fin 2015.

Dans l'ensemble, SFR-Numericable a pris du retard sur ses engagements alors qu'Orange les a dépassés, a précisé de son côté Antoine Darodes, directeur de l'Agence du numérique, qui encadre le plan.

Eric Denoyer, directeur général de SFR-Numericable, a cependant confirmé les objectifs de son groupe, y compris ceux pris par SFR avant le rachat.

Il a également réagi aux propos du PDG d'Orange Stéphane Richard qui estimait que son groupe était "la locomotive" du FttH en France.

"Un train avance mieux avec deux locomotives en tête et je crois que nous serons ces deux locomotives", a dit Eric Denoyer.

Dans les zones les moins denses, où vit 43% de la population française, les collectivités publiques déploieront divers types de réseaux (fibre optique, satellite, Wifi, 4G à usage fixe...) pour permettre aux habitants d'accéder à l'internet à très haut débit pour un coût deux fois plus élevé que dans les zones denses, soit 13 à 14 milliards d'euros. (Joseph Sotinel, édité par Cyril Altmeyer)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below