LEAD 1-France-La piste terroriste pas privilégiée pour Berre-l'Etang

jeudi 16 juillet 2015 10h31
 

(Actualisé avec procureur d'Aix-en-Provence)

PARIS, 16 juillet (Reuters) - La piste terroriste n'est pas privilégiée dans l'enquête sur les explosions intervenues mardi dans le complexe pétrochimique du groupe américain LyondellBasell à Berre-l'Etang (Bouches-du-Rhône), a déclaré jeudi Ségolène Royal.

Les premiers éléments de l'enquête montrent qu'il s'agit d'un "acte criminel dont la motivation n'est pas établie", a déclaré mercredi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Interrogée sur la thèse terroriste, la ministre de l'Ecologie et de l'Energie a répondu jeudi sur BFM TV et RMC : "Ce n'est pas la piste qui est privilégiée aujourd'hui."

La procureur d'Aix-en-Provence, Dominique Moyal, a confirmé que cette piste n'était pas retenue à l'heure actuelle.

"Dans le cadre de cette enquête pour incendie volontaire, toutes les pistes sont examinées et étudiées avec soin", a-t-elle dit à Reuters.

"Pour l'instant, il n'y a pas d'élément qui porte à croire qu'il s'agit d'un acte terroriste, que ce soit dans les éléments relevés, les témoignages et l'absence de toute revendication. Mais nous démarrons une enquête sur laquelle nous avons mis des moyens très importants et qui pourra être réorientée, rien n'est exclu", a-t-elle ajouté.

De source proche du dossier, on indiquait mardi soir que les enquêteurs n'écartaient pas l'hypothèse d'un acte de malveillance commis par un ex-salarié ou par un groupuscule extrémiste écologiste.

Ségolène Royal recevra vendredi l'ensemble des responsables des sites industriels sensibles afin de leur rappeler les règles de vigilance.

Bernard Cazeneuve a demandé mardi aux préfets de renforcer la vigilance autour des sites industriels sensibles, en particulier ceux classés Seveso. (Chine Labbé à Paris et François Revilla à Marseille, avec Nicolas Bertin, édité par Yves Clarisse)