Le fonds de privatisations resterait en Grèce, dit Valls

lundi 13 juillet 2015 09h29
 

PARIS, 13 juillet (Reuters) - Le fonds au sein duquel seraient transférés les actifs grecs à privatiser ne serait pas établi et géré par un pays tiers mais par les Grecs, a déclaré lundi Manuel Valls, dévoilant un des derniers volets de l'accord trouvé à Bruxelles.

La création de ce fonds destiné à accueillir quelque 50 milliards d'euros d'actifs faisait partie des propositions soumises par les ministres des Finances de la zone euro avant le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement qui a durée toute la nuit.

Son établissement dans un pays tiers, vraisemblablement le Luxembourg, était l'un des derniers points de désaccord entre la Grèce et les autres pays de la zone euro.

"Aujourd'hui ce fonds, si j'en crois les dernières informations que nous avons de cette nuit, serait en Grèce, géré bien sûr par les Grecs", a dit le Premier ministre français sur France Inter.

"Il y a des conditions pour réussir le redressement de la Grèce, il est normal (...) qu'il y ait des questions, un contrôle, des conditions mais le gouvernement grec, le peuple grec reste souverains."

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a confirmé ensuite que ce fonds serait bien situé en Grèce. (Gregory Blachier, édité par Jean-Michel Bélot)