SYNTHESE 2-L'Eurogroupe pourrait plancher sur le scénario d'un défaut grec

vendredi 19 juin 2015 18h04
 

* La BCE relève encore le plafond des liquidités d'urgence

* Plus de quatre milliards d'euros de retraits bancaires en Grèce

* Tsipras rejette les "scénarios catastrophe"

par George Georgiopoulos et Lefteris Papadimas

ATHENES, 19 juin (Reuters) - Les ministres des Finances de la zone euro réfléchiront certainement lundi au scénario d'un défaut de la Grèce sur sa dette si cette dernière ne présente pas d'ici là de nouvelles propositions de réformes, a-t-on appris vendredi auprès de responsables européens.

Cette réunion de l'Eurogroupe, lundi à 13h00 GMT, précédera de quatre heures un sommet extraordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro. Mais Donald Tusk, le président du Conseil européen, a d'ores et déjà prévenu qu'il n'apporterait pas de "solution miracle" si le gouvernement grec n'accepte pas la "bonne proposition" de ses créanciers et choisit d'entraîner son pays vers le défaut.

Egalement lundi, le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) se penchera à nouveau sur la situation des banques grecques, confrontées à des retraits massifs de la part des épargnants, après avoir relevé vendredi -- pour la deuxième fois en trois jours -- le montant des liquidités d'urgence auxquelles elles ont accès.

La Grèce doit rembourser 1,6 milliard d'euros au Fonds monétaire international (FMI) le 30 juin; elle risque d'en être incapable si elle ne parvient pas à s'entendre d'ici là avec ses créanciers sur un programme de réformes en échange du versement de leur aide.

Les autres pays de la zone euro et le FMI répètent à l'envi que c'est à la Grèce d'accepter des concessions et de présenter rapidement des réformes qui leur conviennent, notamment pour abaisser le coût de son système de retraites.   Suite...