La volatilité de l'euro, nouveau coup dur pour le carry trade

vendredi 19 juin 2015 11h46
 

* Les positions courtes sur l'euro en baisse malgré la Grèce

* La volatilité sur l'euro à un plus haut de 3 ans et demi

par Lisa Twaronite

TOKYO, 19 juin (Reuters) - L'euro a perdu son attrait comme devise de financement des opérations spéculatives sur les écarts de rendement (carry trades) malgré les inquiétudes sur la solvabilité de la Grèce, laissant les opérateurs sans réelle alternative en termes de devises liquides et à bon marché pour ce type d'opérations.

Le yen était historiquement la devise de choix pour le financement du carry trade sur devises consistant à emprunter dans des devises à taux faible pour investir dans des devises nettement plus rémunératrices.

Les incertitudes sur la poursuite de l'affaiblissement de la devise japonaise après un récent plus bas de huit ans contre le dollar l'ont rendu moins attractive. La perspective d'un relèvement des taux directeurs de la Réserve fédérale d'ici la fin de cette année a aussi pesé sur l'attrait du dollar comme devise de financement.

Les carry trades sont d'autant plus rémunérateurs qu'ils sont financés dans une devise à taux faible, liquide, stable ou mieux encore qui se déprécie graduellement.

Les trois devises les plus liquides sont le dollar, le yen et l'euro mais plus aucune n'offre toutes les caractéristiques de la parfaite devise de financement de carry trades comme cela a été le cas dans le passé.

Les risques de dépréciation des devises émergentes liés à la perspective du durcissement de la politique monétaire américaine et le mouvement de baisse généralisée des rendements ont encore réduit l'intérêt des carry trades.   Suite...