Metro veut miser sur le numérique et l'international

vendredi 19 juin 2015 10h07
 

FRANCFORT, 19 juin (Reuters) - Metro compte renforcer ses investissements dans ses activités en ligne et à l'international après la cession de sa chaîne de grands magasins Galeria Kaufhof, a déclaré le président du directoire du distributeur allemand dans une interview accordée à l'hebdomadaire économique WirtschaftsWoche.

Le groupe allemand a annoncé lundi la cession de Galeria Kaufhof au canadien Hudson's Bay pour 2,825 milliards d'euros.

Cette opération lui permet de se concentrer sur les segments vente aux professionnels (représenté par l'enseigne Metro Cash & Carry) et électronique grand public (Media Markt et Saturn).

"Nous prévoyons un accroissement de nos investissements dans les activités numériques, une modernisation de nos magasins les plus anciens et davantage de points de vente pour Media Markt et Saturn as ainsi que pour Metro Cash & Carry, ainsi que (des installations) dans de nouveaux pays", a déclaré Olaf Koch au magazine allemand.

Les magasins de l'enseigne Real envisagent un service de livraison pour des commandes passées en ligne, avec des partenaires comme la société Tiramizoo, basée à Francfort, a-t-il indiqué.

Le repreneur canadien de Kaufhof, Hudson's Bay, a fait part de son intention de développer "énergiquement" le commerce en ligne pour la chaîne allemande. Il veut développer une stratégie dite multicanal (commande sur internet, retrait en magasin) pour exploiter l'avantage concurrentiel que représentent ces sites potentiels de distribution locale face à des concurrents dont l'activité est uniquement concentrée en ligne, comme Amazon .

Le e-commerce progresse rapidement en Allemagne, deuxième marché du géant américain de la vente en ligne, mais les grands magasins locaux, à la différence de leurs homologues américains, ont tardé à mettre pleinement à profit les possibilités offertes par le numérique.

Metro, quatrième distributeur européen, a déjà procédé à plusieurs cessions au cours des dernières années pour réduire sa dette. (Thomas Atkins; Myriam Rivet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)