SNCM-Le gouvernement veut une garantie de l'UE d'ici septembre

mercredi 17 juin 2015 16h38
 

PARIS, 17 juin (Reuters) - Le gouvernement fera tout pour qu'une garantie sur le non-recouvrement par la Commission européenne des aides d'Etat à la SNCM jugées illégales soit obtenue d'ici le 25 septembre, date de l'examen des nouvelles offres de rachat, a déclaré mercredi le ministre de l'Economie Emmanuel Macron.

L'exécutif européen a demandé à plusieurs reprises que le choix du repreneur de la Société nationale Corse Méditerranée soit fait avant le début de la saison d'été pour que cesse la distorsion de concurrence créée par le versement de subventions qu'elle juge illégales.

Il avait également fait savoir qu'il renoncerait à réclamer le remboursement de 440 millions d'euros d'aides d'Etat versées par le passé, uniquement si une décision rapide était prise.

Mais le tribunal de commerce de Marseille a ordonné le 10 juin dernier le lancement d'un nouvel appel d'offres de reprise et fixé une audience au 25 septembre.

"Nous ferons tout (...) pour que d'ici le 25 septembre, (la) garantie (sur le non-recouvrement des aides d'Etat jugées illégales) soit obtenue", a déclaré mercredi Emmanuel Macron lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

"L'engagement du gouvernement est plein et entier, en responsabilité, et cette responsabilité doit être partagée avec les autorités délégantes, avec la Commission et avec la collectivité locale de Corse", a-t-il ajouté.

La SNCM, dont l'actionnaire majoritaire est Transdev, coentreprise entre la Caisse des dépôts et Veolia, a été placée en redressement judiciaire en mai et risque la liquidation si aucun projet de reprise n'est retenu. Elle emploie actuellement 2.000 personnes dont 1.500 en CDI. (Chine Labbé et Grégory Blachier, édité par Sophie Louet)