Le PM grec attendra que les créanciers deviennent réalistes-presse

lundi 15 juin 2015 07h32
 

ATHENES, 15 juin (Reuters) - La Grèce attendra patiemment que ses créanciers internationaux deviennent réalistes dans leurs négociations avec le pays, déclare Alexis Tsipras, Premier ministre, alors que de nouveaux pourparlers tenus ce week-end ont débouché sur un un nouvel échec.

Cité par le journal Ton Syntakton, il dit également que le Fonds monétaire international (FMI), la Banque centrale européenne (BCE) et l'Union européenne insistent sur de nouvelles baisses des retraites grecques pour des raisons politiques.

"On ne peut que voir un dessein politique dans l'insistance des créanciers sur de nouvelles baisses des retraites après cinq années de pillage sous les plans d'aide", souligne Alexis Tsipras.

"Nous attendrons patiemment que les institution accèdent au réalisme."

Les négociations menées ce week-end à Bruxelles entre les représentants du gouvernement grec et ceux des créanciers internationaux ont échoué et la décision définitive sur un éventuel défaut de la Grèce sur sa dette appartient désormais à l'Eurogroupe qui doit se réunir jeudi, a annoncé la Commission européenne dimanche. (George Georgiopoulos, Benoit Van Overstraeten pour le service français)