11 juin 2015 / 17:31 / il y a 2 ans

France-Les retraités perdent leur avantage relatif sur les actifs

* Fin programmée d'une période privilégiée pour les retraités

* Des mesures à prendre mais pas de faillite, dit le Cor

PARIS, 11 juin (Reuters) - Le niveau de vie relatif des retraités français, aujourd'hui en moyenne légèrement supérieur à celui des actifs, sera moins élevé à l'horizon 2040 et continuera ensuite à se dégrader, estime le Conseil d'orientation des retraites (Cor).

En 2012, la pension nette moyenne des retraités représentait 65,1% du revenu d'activité net moyen des actifs. Mais ceux-ci ont souvent des enfants à charge, tandis que les pensions ne sont qu'une composante du revenu des retraités.

Résultat : le niveau de vie moyen des retraités représentait alors 102,6% de celui de l'ensemble de la population, rappelle le Cor dans son rapport annuel publié jeudi.

"Au cours des dernières années, la pension moyenne des retraités a augmenté plus vite que le revenu d'activité moyen", les nouvelles générations, dont les retraites sont en moyenne plus élevées, remplaçant les plus anciennes, explique-t-il.

Mais cette période est terminée. Selon le Cor, le niveau de vie des retraités évoluera désormais moins vite que celui des actifs pour retomber entre 82% et 94% en 2040, selon les scénarios économiques, et entre 73% et 92% en 2060.

Ce rapport servira de base à d'éventuelles recommandations du Comité de suivi des retraites mis en place en 2014, non seulement pour assurer leur retour à l'équilibre, mais aussi pour garantir un niveau de vie satisfaisant aux retraités.

Il prévoit un déficit du système des retraites de 0,4 point de PIB en 2020, soit environ 9,2 milliards d'euros, malgré les réformes successives, dont celle de 2014.

Cela représente une légère dégradation de 0,1 point par rapport à ses prévisions de décembre dernier, en raison d'hypothèses de croissance du PIB plus prudentes du gouvernement -- 1% en 2015, 1,5% en 2016 et 2017, 1,75% en 2018.

"Ça peut être corrigé demain par un accord Agirc-Arrco", a relativisé Pierre-Louis Bras, le président du Cor, lors de la présentation du rapport.

Il faisait allusion aux négociations des partenaires sociaux sur les retraites complémentaires, qui reprennent le 22 juin.

"PAS DE DISCOURS DE FAILLITE"

Au-delà de 2020, le retour à l'équilibre dépendra beaucoup du taux de croissance de la productivité du travail, autrement dit de la croissance des revenus d'activité.

Selon le rapport, avec 1,5% de croissance de la productivité du travail, le retour à l'équilibre est possible au début des années 2030 à condition que le taux de chômage soit ramené à 4,5%, une hypothèse généralement jugée trop optimiste.

Le besoin de financement du système de retraite perdurera en revanche au cours des prochaines décennies, voire s'aggravera, en cas de croissance des revenus d'activité inférieure à 1,5% par an à long terme, estime le Cor.

Les responsables de cet organisme refusent cependant de donner une tonalité alarmiste à leurs prévisions.

Les mesures à prendre "sont à la portée des décideurs politiques", estime Pierre-Louis Bras. "Il n'y a pas de discours de faillite à tenir mais il y aura des décisions à prendre."

"Aujourd'hui les retraites représentent 14% du PIB. Des travaux montrent que si on n'avait rien fait depuis 1993, on serait à plus de 16%", a-t-il ajouté. "Donc il y a déjà eu des réformes significatives."

Le Cor teste les trois leviers disponibles sous différents scénarios économiques plus ou moins favorables.

Dans l'hypothèse d'une croissance des revenus d'activité de 1,3% par an et d'un chômage à 7%, il estime ainsi qu'il faudrait pour assurer l'équilibre du système des retraites en 2060 :

* soit porter l'âge moyen de départ à la retraite à 64,7 ans dès la fin des années 2030 ;

* soit augmenter de 1,1 point le taux de prélèvement global ;

* soit abaisser à 39,9% le niveau moyen des pensions par rapport aux revenus d'activité -- un abattement de 3,4 points par rapport à l'évolution spontanée de cet indicateur.

Ce dernier scénario pèserait évidemment sur le pouvoir d'achat et le niveau de vie relatif des retraités. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below