Berlin refuse l'octroi d'un troisième plan d'aide à Athènes-Bild

jeudi 11 juin 2015 08h50
 

BERLIN, 11 juin (Reuters) - Le gouvernement allemand s'oppose à ce que la Grèce bénéficie d'un troisième plan d'aide financière, quelles que soient les circonstances, même si Athènes et ses créanciers internationaux parviennent à se mettre d'accord sur un programme de réformes, rapporte jeudi le quotidien Bild.

En revanche, le deuxième plan d'aide de 240 milliards d'euros, qui expire à la fin juin, pourrait être prolongé et augmenté par d'autres fonds, comme les 10,9 milliards d'euros correspondant à des aides au secteur bancaire grec inutilisées et rendues au Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Cela étant, ce scénario n'est envisageable par Berlin que si la Grèce est disposée à mettre en oeuvre des réformes conséquentes, ajoute le journal.

"Nous ne voulons pas saigner notre peuple parce que ceux qui gouvernent en Grèce ne font pas leur travail", explique un membre du gouvernement cité par Bild.

Angela Merkel doit faire face à une opposition croissante, au sein de son propre parti chrétien-démocrate, à l'octroi de toute nouvelle aide à la Grèce.

Les créanciers internationaux de la Grèce ont demandé à Athènes des engagements sur les privatisations, la réduction des pensions de retraite et la réforme du marché du travail, a-t-on appris jeudi dernier de sources proches des discussions, des demandes qui iraient au-delà des limites fixées par le gouvernement de gauche d'Alexis Tsipras.

Si un accord est conclu, l'UE et le FMI prévoient de débloquer 10,9 milliards d'euros du Fonds européen de stabilité financière (FESF) afin de couvrir les besoins de financement de la Grèce pour la période juillet-août, selon ces sources. (Michael Nienaber; Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Marc Angrand)