La Commission européenne veut une décision pour la SNCM

mardi 9 juin 2015 19h30
 

* Décision possible du tribunal de commerce mercredi

* La Commission européenne pousse à une décision rapide

* Elle ne veut pas que de nouvelles offres soient examinées

MARSEILLE, 9 juin (Reuters) - A la veille d'une audience décisive pour l'avenir de la SNCM, la Commission européenne se prononce contre l'arrivée de nouveaux candidats-repreneurs qui pourraient allonger la procédure de reprise de la compagnie maritime en redressement judiciaire.

Le tribunal de commerce doit se prononcer mercredi sur les offres de Daniel Berrebi, l'armateur de la compagnie Baja Ferries en position de favori, du transporteur corse Patrick Rocca et de la société d'investissement Med Partners de Christian Garin, ancien président du port de Marseille, qui est "clairement écartée" selon une source proche du dossier.

Mais la justice pourrait une nouvelle fois rejeter ces offres en raison de leurs insuffisances et décider de la poursuite de la période d'observation, jusqu'au 28 novembre, pour ouvrir la procédure à de nouveaux candidats.

Le groupe STEF-TFE, spécialiste européen de la logistique du froid et propriétaire de la Compagnie Méridionale de navigation, partenaire historique de la SNCM, a ainsi montré son intérêt.

Les deux compagnies assurent ensemble la délégation de service public (DSP) pour les dessertes entre la Corse et le continent, qui représente 96 millions d'euros par an et doit prendre fin le 1er octobre 2016.

Dans une lettre en date du 9 juin de la direction générale de la concurrence, dont Reuters a obtenu copie, la Commission estime toutefois que "la reprise éventuelle de certains des actifs de la SNCM par son co-délégataire" pourrait être de nature à remettre en cause "la discontinuité économique".   Suite...