BOURSE-Amadeus chute en Bourse, Air France-KLM envisage des surcharges

mardi 9 juin 2015 11h30
 

LONDRES, 9 juin (Reuters) - Le titre Amadeus chute d'environ 7% mardi à la Bourse de Madrid, plus forte baisse de l'indice européen STOXX 600, en raison de la volonté exprimée par Air France-KLM de suivre l'exemple de Lufthansa et d'imposer une surcharge sur les billets d'avions achetés via des comparateurs de prix.

Le président-directeur général de la compagnie franco-néerlandaise, Alexandre de Juniac, a déclaré lundi qu'Air France-KLM pourrait s'inspirer de son homologue allemande, qui va imposer des frais supplémentaires de 16 euros pour tout billet acheté sur les plateformes du système de réservation centralisé (Global distribution system, GDS).

Cette initiative a suscité la colère du spécialiste espagnol des plateformes de transactions en ligne dans le secteur du tourisme, dont le titre a perdu 17,3% au cours des cinq dernières séances à Madrid, la pire série de son histoire.

Mardi, l'action reculait de 7,0% à 34,10 euros à 09h15 GMT. Elle était aussi de loin la plus échangée du Stoxx 600 avec des volumes représentant déjà 1,4 fois sa moyenne sur 30 jours après seulement 90 minutes de cotation.

La décision de Lufthansa a en outre amené le courtier Kepler Chevreux à réduire son objectif de cours sur Amadeus, de 43 euros à 39,20 euros, en évoquant les incertitudes entourant désormais ses perspectives.

"Cette nouvelle stratégie soulève des inquiétudes au sujet de l'ensemble du modèle d'entreprise des sociétés GDS (...) L'initiative de Lufthansa pourrait servir d'outil commercial aux autres entreprises, qui garderont un oeil attentif sur la façon dont les choses évoluent", écrivent les analystes de Kepler Chevreux dans une note.

"Même si nous convenons que le marché écarte probablement un scénario négatif, nous sommes réticents à nous montrer plus positifs malgré la correction du prix. Nous pensons que les incertitudes vont persister." (Alasdair Pal, avec Liisa Tuhkanen et Alistair Smout; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)