La volatilité fait partie du marché, les excès indésirables-Noyer

lundi 8 juin 2015 17h46
 

MONTREAL, 8 juin (Reuters) - La volatilité fait partie intégrante des marchés mais les excès de volatilité ne sont pas bons, a déclaré lundi le gouverneur de la Banque de France, en référence aux épisodes récents de brusques tensions sur les rendements obligataires.

"De temps en temps, il y a une correction sur les marchés, ce qui peut être normal", a dit Christian Noyer, l'un des membres du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE).

"Un peu de volatilité fait partie du marché mais une volatilité excessive n'est pas souhaitable", a-t-il poursuivi.

Les rendements sur les obligations d'Etat allemandes ont connu un net regain de tension la semaine dernière après les déclarations du président de la BCE qui avait relativisé leurs fluctuations antérieures.

Interrogé sur la brusque remontée des taux obligataires en Allemagne et au sein de la zone euro entre la mi-avril et la mi-mai, Mario Draghi avait déclaré mercredi que le conseil des gouverneurs de la BCE avait unanimement considéré qu'il fallait passer outre ces développements et maintenir une trajectoire régulière de politique monétaire.

Ces propos avaient entraîné un nouvel accès de hausse des rendements obligataires.

"La BCE n'est pas là pour orienter chaque point de base sinon il n'y aurait plus de marché", a souligné Christian Noyer.

Il a par ailleurs déclaré que le taux de change euro/dollar avait évolué dans des fourchettes parfaitement explicables par la différence des conditions prévalant de part et d'autre de l'Atlantique et qu'il ne devait donc pas susciter d'interrogations particulières.

(Randall Palmer et Allison Lampert; Marc Joanny pour le service français, édité par Patrick Vignal)