ENCADRE-Les pistes d'Athènes pour la restructuration de sa dette

lundi 8 juin 2015 12h01
 

par Jan Strupczewski

BRUXELLES, 8 juin (Reuters) - La Grèce demande une restructuration de sa dette publique passant par des refinancements à taux plus avantageux, un allongement des maturités voire l'effacement d'une partie du principal, une conversion partielle en dette perpétuelle ou en obligations indexées sur la croissance.

Aucune de ces pistes détaillées par Athènes dans deux documents soumis la semaine dernière à ses créanciers n'a obtenu leur soutien.

La Grèce a fait de la restructuration de sa dette qui atteint 175% du produit intérieur brut l'un des principaux enjeux des négociations avec ses créanciers, mais Athènes n'avait guère donné de détails sur ses demandes.

De leur côté, les autres pays de la zone, qui détiennent l'essentiel de la dette grecque, n'entendent pas discuter d'une quelconque restructuration tant que les réformes promises en contrepartie des fonds déjà obtenus par Athènes ne sont pas mises en oeuvre et sur lesquelles les discussions sont dans l'impasse.

"La Grèce doit se consacrer à la mise en oeuvre du programme, c'est une priorité mutuelle, une restructuration de la dette n'est pas à l'ordre du jour", a déclaré le ministre des Finances slovaque Peter Kazimir sur son compte Twitter.

La zone euro a exclu tout effacement du principal mais n'a pas écarté la possibilité d'un allongement des maturités des prêts existants.

Les demandes d'Athènes se sont pas exemptes d'ambiguïtés, notamment parce que les deux documents soumis à ses partenaires présentent deux schémas de restructuration différents, l'un plus ambitieux que l'autre.

Un document de sept pages intitulé "En finir avec la crise grecque" et divulgué par le Financial Times va en effet bien au-delà d'un document de travail de 47 pages, titré "Accord sur la politique économique, les réformes pour la période 2015-2020", publié par la quotidien allemand Tagesspiegel, la semaine dernière.   Suite...