4 juin 2015 / 14:34 / il y a 2 ans

La légendaire suspension Citroën vit ses derniers instants-sces

* La technologie hydropneumatique ne sera pas reconduite après l‘actuelle C5-sources

* L‘innovation ne se détachait plus assez de la concurrence

* Une solution externe préférée aux amortisseurs maison pour DS5

* L‘usine de Caen produit aussi de l‘hydraulique pour Rolls Royce

par Gilles Guillaume

PARIS, 4 juin (Reuters) - Au grand dam des “citroénistes” historiques, la marque aux chevrons s‘apprête à abandonner la fameuse suspension hydraulique qui a forgé la légende de la DS, au profit de technologies plus récentes et plus économiques, a-t-on appris de plusieurs sources proches du groupe automobile.

Lancée il y a bientôt 60 ans, cette innovation de pointe offrait alors un niveau de confort inédit. Elle permettait de faire varier la hauteur de caisse, de changer une roue sans cric ou de continuer de rouler avec un pneu crevé, ce qui a permis à la DS du général de Gaulle d‘échapper en 1962 à l‘attentat du Petit-Clamart.

Sans égal pendant plusieurs décennies, la suspension hydropneumatique - associant un circuit hydraulique sous haute pression et des sphères d‘azote - est depuis largement concurrencée par des systèmes électroniques modernes, comme le DCC (Adaptive Chassis Control)de Volkswagen, qui permet de piloter une suspension à ressort classique.

Rebaptisée “hydractive”, cette suspension n‘équipe plus chez PSA que quelques versions moyen et haut de gamme de la C5 lancée en 2008, et est totalement arrêtée depuis 2010 chez Peugeot. Même la nouvelle marque premium DS, bien que recupérant les codes de ses glorieuses ancêtres, n‘a jamais eu recours à cette technologie.

“Dans le futur, on essaiera d‘être les meilleurs dans le confort, mais nous pouvons le faire avec d‘autres choses que l‘hydropneumatique”, a déclaré à Reuters une des sources proches du groupe.

PSA a refusé de commenter l‘après-C5. Mais un porte-parole de Citroën a observé qu‘il ne fallait pas enfermer une prestation dans une technologie. “Citroën est et restera une référence en matière de confort automobile (...) et ce niveau d‘exigence (...) pourra passer par d‘autres solutions à l‘avenir, d‘autres technologies”, a-t-il ajouté.

Le groupe dirigé par Carlos Tavares a déjà emprunté des voies nouvelles. Sur la DS5 fraîchement restylée, PSA a retenu la technologie de clapets d‘amortisseurs PLV (Preloaded linear valve) du groupe Sachs, filiale de l‘équipementier allemand ZF, pour adoucir la suspension en lieu et place du système “multi-clapets”, autre grande technologie maison de PSA.

“Carlos Tavares a expliqué qu‘aujourd‘hui on pouvait faire aussi bien que l‘hydropneumatique avec d‘autres technologies”, ajoute une autre source proche de PSA. “Ça coûte cher pour pas grand-chose.”

Actuellement, seules des marques très haut de gamme, comme Mercedes, Rolls Royce ou Audi en Europe peuvent encore se payer le luxe de proposer des systèmes hydrauliques ou pneumatiques élaborés.

La suspension hydropneumatique - pour Citroën, mais aussi pour Rolls Royce - ne représente plus aujourd‘hui qu‘une toute petite partie de l‘activité du site PSA de Caen (Calvados), spécialisé dans les transmissions et les organes hydrauliques du groupe.

Cantonnée à l‘Europe, elle équipait encore 57% des Citroën C5 vendues en 2014 sur le continent, ce qui en volume ne représentait plus que 10.000 unités. (Edité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below