BOURSE-Les marchés actions et obligataires chutent lourdement en Europe

jeudi 4 juin 2015 12h39
 

PARIS, 4 juin (Reuters) - Les rendements obligataires de la zone euro continuent de se tendre jeudi et les Bourses chutent faute d'accord prévisible ce week-end entre la Grèce et ses créanciers et après que Mario Draghi a déclaré qu'il fallait apprendre à vivre avec la volatilité des marchés.

Le rendement du l'emprunt d'Etat allemand (Bund) à 10 ans , qui a touché dans la matinée un plus haut à 0,998%, devrait dépasser 1%, son niveau de septembre dernier, avant une accalmie attendue cet été, estime Ciaran O'Hagan, stratégiste taux chez Société générale.

"Les nouvelles sur la Grèce sont mauvaises", ajoute-t-il.

A 12h20, l'indice CAC 40 perd 1,64% à 4.951,66 points à la Bourse de Paris après un plus bas à 4.916,45 points, dans un marché fébrile qui évolue dans une fourchette large de 90 points. A Francfort, le Dax cède 1,3%.

La France, qui procédait ce jeudi à son adjudication mensuelle d'obligations assimilables du Trésor (OAT) de maturité longue, n'a pas émis comme à l'accoutumée le montant maximum annoncé (entre 8,0 et 9,0 milliards d'euros).

Elle a émis un total de 8,576 milliards d'euros d'OAT, dont 3,775 milliards de son OAT de référence à 10 ans, la 0,5% 2025, à un taux moyen pondéré de 1,28%, soit 30 points de base de plus qu'en mai.

Le rendement du Bund 10 ans, référence de la zone euro, avait connu à partir de l'automne 2014 une période de détente continue sous l'impulsion des annonces puis de la mise en oeuvre du programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la Banque centrale européenne. Il était tombé à un plus bas de 0,05% le 17 avril avant de remonter brutalement fin avril et début mai.

"Les discussions (concernant la Grèce) semblent suspendues. Il n'y a apparemment pas de rendez-vous prévu ce week-end", dit Ciaran O'Hagan. "Si les créanciers internationaux (BCE, FMI et UE) se sont mis d'accord pour reporter les échéances de remboursement de la Grèce au 14 juin (au lieu du 5 juin pour le FMI, NDLR), un accord devrait intervenir rapidement pour pouvoir débloquer les fonds en temps voulu."

Les stratégistes taux de Commerzbank estiment qu'"avant de prendre le risque incontrôlable d'un défaut de la Grèce, tous les acteurs ont intérêt à utiliser les fonds restant du deuxième programme d'aide et de recapitalisation des banques pour honorer les échéances auprès du FMI et la BCE".   Suite...