La Bourse de Paris-Les valeurs du jour mardi (clôture)

mardi 2 juin 2015 19h01
 

* Valeurs qui se traitent ex-dividende 
    * Le point sur les marchés européens 

    PARIS, 2 juin (Reuters) - Les valeurs du jour mardi à la
Bourse de Paris où l'indice CAC 40, qui a évolué en
dents de scie dans une fourchette  large de 91 points, a clôturé
en baisse de 0,41% à 5.004,46 points. La nervosité s'accroît
alors que les institutions internationales créancières de la
Grèce sont sur le point de boucler un projet d'accord qu'elles
soumettront au gouvernement d'Athènes pour tenter de sortir de
l'impasse avant l'échéance, le 5 juin, d'un remboursement au
FMI. 
    
    * PERNOD RICARD (-4,85% à 108,85 euros) a accusé
la plus forte baisse du CAC 40 après avoir dévoilé des objectifs
de croissance de moyen terme qui n'ont pas surpris le marché.
 et.
     Le secteur de l'agroalimentaire (-1,86%) a accusé
l'une des plus fortes baisses sectorielles en Europe, pénalisé
par Pernod, mais aussi par le groupe de boulangerie suisse
Aryzta (-9,17%) qui a publié des ventes 9 mois
(2014-2015) très inférieures aux attentes et révisé en baisse
ses objectifs pour l'année. Hors CAC 40, REMY COINTREAU
 a lâché 1,9% à 65,08 euros.
    
    * UNIBAIL RODAMCO a abandonné 2,49% à 229,0 euros,
l'immobilier (-2,65%) ayant enregistré la plus forte
sectorielle en Europe, affecté par une remontée des tensions sur
le marché obligataire (le rendement du Bund 10 ans 
s'est tendu de 18 points de bas à 0,71%). Hors CAC, FONCIÈRE DES
RÉGIONS a perdu 2,32% à 79,24 euros, GECINA 
2,26% à 116,85 euros et KLEPIERRE 1,93% à 39,855
euros.
        
    * Les matériaux de base (+0,85%) - sont soutenus par
la hausse des cours du minerai de fer alors que les
stocks dans les ports chinois sont au plus bas depuis 2013, et
du nickel -  et les bancaires (+0,03%), portées
par la hausse de l'inflation en zone euro en mai plus forte
qu'attendu - sont les seuls secteurs dans le
vert. Les analystes voient dans l'évolution des prix en Euroland
le signe d'un reflux de la menace de déflation et d'un succès de
la politique de la BCE.
    * ARCELORMITTAL (+3,8% à 10,0 euros) a signé la
plus forte hausse du CAC 40. ERAMET s'est adjugé 3,94%
à 74,42 euros.
    * CREDIT AGRICOLE a gagné 2,37% à 13,83 euros,
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 1,3% à 42,755 euros et BNP PARIBAS
 1,24% à 55,53 euros.
     
     * Les pétrolières et assimilées ont bénéficié de la
remontée des cours du brut. TECHNIP a gagné
1,96% à 61,32 euros et CGG 5,17% à 6,41 euros, plus
forte hausse du SBF 120. VALLOUREC a pris
3,29% à 23,1 euros.
            
    * Contre la tendance des valeurs de consommation
discrétionnaire (-2,11%), LVMH a gagné 1,16% à
165,1 euros et sa maison mère, DIOR 1,17% à 186,25
euros après avoir touché en séance un plus haut historique à
188,95 euros, HSBC ayant relevé son conseil de "conserver" à
"achat" sur les deux titres. 
    
    * NEOPOST a fait un bond de 5,13% à 45,6 euros,
une note positive du broker allemand Mainfirst, qui est passé à
l'achat sur le titre du spécialiste des solutions de courrier,
ayant déclenché des débouclements de positions vendeuses à
découvert, rapportent des traders. 
    
    * INNATE PHARMA (-6,55% à 13,56 euros) a accusé la
plus forte baisse du SBF 120, confirmant une tendance baissière
inaugurée le 21 mai, date à laquelle il est passé sous sa
moyenne mobile 20 jours (15,328 alors). Depuis le titre a perdu
11,55% et pourrait se diriger vers le haut de l'important gap
haussier (12,42) ouvert le 24 mai à 9,19 euros, voire le
combler. 

 (Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot)