Les conséquences d'un défaut grec "gigantesques", dit Gabriel

mardi 2 juin 2015 10h07
 

BERLIN, 2 juin (Reuters) - Les conséquences d'un défaut de la Grèce sur sa dette seraient "gigantesques" pour l'Europe, a déclaré mardi Sigmar Gabriel tout en espérant qu'un accord soit conclu pour éviter un tel scénario.

Le vice-chancelier et ministre allemand de l'Economie a dit souhaiter qu'Athènes réponde aux efforts de la chancelière Angela Merkel et des représentants des créanciers d'Athènes pour aboutir à un compromis.

Angela Merkel et François Hollande ont été rejoints lundi soir à Berlin par le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi, la directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker pour débattre de la manière de poursuivre les discussions sur la dette grecque.

La Grèce a fait savoir qu'elle n'avait reçu aucune proposition à l'issue de cette rencontre et que le Premier ministre Alexis Tsipras n'avait pas été contacté.

Athènes risque de se retrouver en situation de défaut de paiement dans les semaines qui viennent sans l'apport financier d'un plan d'aide qui prend fin le 30 juin. (Gernot Heller; Véronique Tison et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)