L'Inde, prudente sur la croissance, baisse ses taux une 3e fois

mardi 2 juin 2015 09h12
 

BOMBAY, 2 juin (Reuters) - La banque centrale indienne a réduit mardi ses taux pour la troisième fois de l'année, profitant de inflation maîtrisée pour consolider une croissance qui, a-t-elle reconnu, n'est probablement pas aussi robuste que ne le laissent croire les derniers chiffres du produit intérieur brut.

Le taux d'intervention a été réduit de 25 points de base, comme en janvier et mars, pour revenir à 7,25%. La décision était attendue par 35 des 48 économistes interrogés par Reuters avant la réunion de politique monétaire.

Lors d'une conférence de presse, le gouverneur de la Banque de Réserve d'Inde (RBI), Raghuram Rajan, a reconnu que la croissance de 7,5% annoncée vendredi dernier pour la troisième économie d'Asie, une performance supérieure à celle de la Chine, ne reflétait peut-être pas l'état réel du pays.

"Il y a un débat sur des facteurs spéciaux qui ont pu jouer comme des taxes et subventions. Si on en fait abstraction, la croissance du trimestre écoulé n'est pas aussi robuste", a-t-il dit.

Les résultats de sociétés montrent par ailleurs que "la demande finale peine à se reprendre vigoureusement", a ajouté le gouverneur.

Dans son communiqué de politique monétaire, la RBI justifie la baisse de taux par "le bas niveau d'utilisation des capacités, des indicateurs de reprise toujours mitigés et une croissance modérée des investissements et du crédit."

La banque centrale n'a pas annoncé cependant de nouvelles mesures pour libérer les liquidités des banques, se contentant de leur demander d'assouplir leurs conditions de crédit.

Elle indique également qu'elle suivra de près l'évolution de l'inflation, en pointant des risques de remontée des prix liés à la mousson, aux cours du pétrole et au niveau de la roupie.

La croissance du crédit à son plus bas niveau depuis près de 20 ans, les résultats en berne des entreprises et la faiblesse de la production industrielle contredisent les bons chiffres du PIB et expliquent que le gouvernement comme les milieux d'affaires aient appelé la RBI à baisser encore ses taux même si elle a désormais pour unique mandat de contrôler l'inflation.

Selon les dernières données disponibles, le taux d'inflation a reculé à 4,87% en avril, son plus bas niveau depuis quatre mois, à l'intérieur de la fourchette cible (2-6%) de la banque centrale. Cette dernière prévoit cependant une accélération à 6,0% à l'horizon de janvier 2016.

Sur le plus long terme, les économistes espèrent que le programme de réformes du Premier ministre Narendra Modi et ses investissements agressifs dans les infrastructures permettront de solidifier la croissance. (Rafael Nam et Suvashree Dey Choudhury, Véronique Tison pour le service français)