Grèce-Fronde d'élus Syriza contre la nomination de Panaritis au FMI

dimanche 31 mai 2015 20h58
 

ATHENES, 31 mai (Reuters) - Une quarantaine de députés du parti au pouvoir Syriza (gauche anti-austérité) ont fait savoir dimanche dans une lettre au Premier ministre Alexis Tsipras leur hostilité au choix d'Elena Panaritis comme nouvelle représentante d'Athènes au Fonds monétaire international (FMI).

Economiste de formation, ancienne députée sous les couleurs du PASOK (socialistes) de 2009 à 2012, elle a travaillé à la Banque mondiale et enseigné aux Etats-Unis, à l'université de Pennsylvanie et à l'université Johns Hopkins.

Elena Panaritis, qui fait partie de ceux qui discutent au nom de la Grèce avec le "Groupe de Bruxelles" comprenant le FMI, la Banque centrale européenne (BCE) et l'Union européenne, remplacera Thanos Katsambas au FMI.

La quarantaine de députés hostiles à son nom demandent aux autorités de revenir sur sa nomination, estimant que par ses prises de position, elle s'oppose au programme de Syriza.

"Une éminente avocate du principe des plans d'aide ne peut représenter le gouvernement", estiment les députés frondeurs dans leur lettre, mise en ligne sur un site internet affilié à Syriza. "Ce n'est pas une question symbolique, mais une question politique. Il s'agit d'une mauvaise décision, et nous demandons à ce que l'on revienne dessus".

"Il serait bon que le gouvernement et le Premier ministre en personne reconsidèrent leur choix", avait déclaré samedi à la radio grecque le député européen Dimitris Papadimoulis, élu de Syriza.

La Grèce et ses créanciers s'efforcent depuis des semaines de parvenir à un compromis sur les réformes structurelles réclamées à Athènes en échange du versement de plusieurs milliards d'euros d'aides financières. (Angeliki Koutantou; Benoit Van Overstraeten et Eric Faye pour le service français)