Cambadélis juge inutile une commission d'enquête sur l'affaire Kerviel

dimanche 31 mai 2015 21h40
 

PARIS, 31 mai (Reuters) - Le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a émis des doutes dimanche sur l'intérêt de la création d'une commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Kerviel après les révélations de Médiapart qui ont relancé le débat sur une potentielle responsabilité de la Société générale.

"S'il y a l'ouverture d'un nouveau processus judiciaire en fonction du fait qu'il y a des éléments nouveaux qui sont apparus, la commission d'enquête n'est pas possible", a-t-il dit dans l'émission Tous Politiques (France Inter-Le Parisien-France 24). "La commission d'enquête parlementaire n'est pas possible là où il y a enquête et action judiciaire".

"Si ce n'est pas le cas, c'est donc que la justice estimera qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil, si je peux m'exprimer ainsi, et donc je ne vois pas comment une commission enquête peut prospérer (...) je ne vois pas à quoi ça sert", a-t-il ajouté.

Six parlementaires, appartenant à diverses sensibilités politiques, ont demandé cette semaine la création d'une telle commission pour "lever les zones d'ombre" après la publication de déclarations d'une commandante de police qui dit avoir la certitude que la banque ne pouvait ignorer les agissements de Jérôme Kerviel.

L'ex-courtier a été condamné à cinq ans de prison dont trois ferme pour abus de confiance, manipulations informatiques, faux et usage de faux.

Il a toujours dit que la Société Générale ne pouvait ignorer qu'il prenait des positions non couvertes qui se sont soldées par une perte de 4,9 milliards d'euros, tout en disant avoir agi seul.

La banque, condamnée en 2008 par la commission bancaire à une amende de 4 millions d'euros pour défaut de contrôle, a reconnu des "défaillances" -- qu'elle dit avoir réparées -- dans son système au moment des faits mais a toujours nié avoir fait preuve de négligence fautive.

Les six parlementaires mobilisés en faveur de Jérôme Kerviel appuient également la demande de révision du procès de l'ex-trader déposée par l'avocat de ce dernier, Me David Koubbi. (Marine Pennetier)