29 mai 2015 / 12:53 / il y a 2 ans

LEAD 1-Cellectis grimpe en Bourse sur des rumeurs de rachat par Pfizer

* Cellectis discuterait avec plusieurs acteurs, dont Pfizer-FT

* Cellectis et Pfizer se refusent à tout commentaire

* Cellectis intervient samedi au sommet de l‘ASCO

par Noëlle Mennella

PARIS, 29 mai (Reuters) - Cellectis a réagi fortement vendredi en Bourse à la perspective de son rachat par le géant américain Pfizer, un de ses partenaires et actionnaires, évoqué jeudi soir par le Financial Time alors que se tient aux Etats-Unis le sommet mondial de l‘oncologie.

Le journal, citant des sources proches du dossier, a indiqué que Cellectis était en discussion avec plusieurs acteurs, dont l‘américain Pfizer, en vue de son rachat en précisant que rien ne garantissait l‘issue des discussions.

Un porte-parole de Pfizer a qualifié ”de rumeurs et spéculations“ les informations du FT tandis que dans un message électronique adressé à Reuters, Cellectis a fait savoir que sa ”politique (était) de ne pas commenter les rumeurs.

De son côté, l‘action de la société de biotechnologie grimpe à la Bourse de Paris accentuant encore son avancée depuis de l‘année (+229%).

Vers 14h30, elle affichait un cours de 40,20 euros (+9,39%) dans un volume représentant 7,2 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext. Au même instant l‘instant, le CAC Mid & Small perdait 0,63%.

Pour sa part, l‘American Depository Receipt de Cellectis, introduit sur le Nasdaq en mars dernier, a clôturé jeudi sur un bond de 16,27% à 47,66 dollars à Wall Street.

“Le rachat de Cellectis s‘inscrirait dans la droite ligne de l‘accord conclu l‘an dernier par Pfizer avec Merck dans l‘oncologie”, commente un analyste sous couvert d‘anonymat.

Il remarque aussi que “Pfizer, à la recherche de nouveau relais de croissance, est toujours en quête d‘acquisitions puisque c‘est son modèle de croissance”.

UN TAUX RECORD DE M&A DEPUIS LE DEBUT 2015

Un autre analyste estime que “Cellectis pourrait aussi vouloir se faire racheter car il ne pourra pas mener seul ses recherches dans l‘immunothérapie”.

Cellectis, dont Bpifrance détient 8,72% du capital selon Thomson Reuters, développe, conçoit et commercialise des protéines (les méganucléases) qui vont agir comme des ciseaux élaborés pour aller couper une zone précise dans l‘ADN. Cette technologie constitue, selon les experts, une véritable révolution par rapport aux méthodes existantes.

Pfizer a acquis 9,5% du capital de Cellectis à la suite d‘un accord de collaboration stratégique signé entre les deux sociétés en juin dernier.

L'accord porte sur l'immunothérapie contre le cancer au moyen de lymphocytes T dont le génome a été modifié, une spécialité de Cellectis. Ces lymphocytes reconnaissent la cible protéique exprimée par les cellules tumorales avant de les détruire. (le communiqué bit.ly/1HhLqM1)

C‘est justement dans ce domaine, que Cellectis doit présenter samedi lors de la conférence annuelle de l‘American Society of Clinical Oncology (ASCO) des données cliniques.

Depuis le début de l‘année, le secteur de la santé a enregistré un taux record de transaction évaluée, selon les données de ThomsonReuters, à 240 milliards de dollars, soit une progression de 68% par rapport à l‘année dernière.

Créee en 2000 par scission de l‘Institut Pasteur en 2000, Cellectis s‘est introduit en Bourse en 2007. Son capital flottant, près de 60%, est essentiellement détenu par des investisseurs américains. (Avec Matthieu Protard et Andrew Callus, édité par Matthieu Protard)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below