France-Macron réaffirme l'engagement de l'Etat auprès d'Alstom

jeudi 28 mai 2015 14h36
 

* Macron veut zéro licenciement à Alstom Transport

* Appel d'offres pour le TGV du futur

par Gilbert Reilhac

BELFORT, 28 mai (Reuters) - Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a réaffirmé jeudi l'engagement de l'Etat aux côtés d'Alstom, que la vente de ses turbines à gaz à l'Américain General Electric va priver de 70% de son chiffre d'affaires et de ses effectifs.

Annoncée en juin dernier, cette opération à 12,35 milliards d'euros fait en ce moment l'objet d'un examen par la Commission européenne, dont l'avis est attendu au deuxième semestre 2015.

Emmanuel Macron, qui effectuait une visite sur le site de Belfort où les activités des deux entreprises sont étroitement imbriquées, s'est engagé à ce que la branche transport d'Alstom, confrontée à une baisse d'activité, évite le plan social craint depuis plusieurs mois par les syndicats.

"Mon objectif, c'est qu'il y ait zéro licenciement et des perspectives de redémarrage pour Alstom Transport", a-t-il affirmé devant une partie des 600 employés belfortains de la branche, rassemblé dans le hall d'assemblage des motrices TGV et "Kazakhstan".

Le ministre, qui avait revêtu le blouson et la casquette des ouvriers d'Alstom, a annoncé une accélération du programme de nouvelle génération des trains à grande vitesse.

La SNCF lancera "avant la fin juin", un appel d'offre pour une coentreprise d'ingénierie qui concevra ce "TGV du futur".   Suite...