Un accord à l'OCDE sur la fin des aides au charbon peu probable

mercredi 27 mai 2015 11h17
 

par Barbara Lewis et Susanna Twidale

BARCELONE, 27 mai (Reuters) - Les pays les plus industrialisés du monde auront sans doute du mal à conclure le mois prochain un accord sur la suppression des aides à l'exportation de centrales au charbon, ce qui risque de compliquer la recherche d'un compromis global sur le changement climatique lors de la conférence de Paris en décembre, disent responsables politiques et organisations non-gouvernementales.

L'assurance-crédit à l'export permet aux pays développés de favoriser la construction de centrales à charbon et l'extraction de charbon dans les pays pauvres, une pratique de plus en plus critiquée par les promoteurs d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

L'OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économiques) cherche depuis un an à conclure un accord sur la suppression de ces aides publiques au secteur du charbon, l'énergie fossile la plus polluante.

Mais responsables politiques et ONG jugent difficile de conclure un compromis lors des discussions au niveau ministériel la semaine prochaine et lors d'une réunion du groupe de travail sur le sujet prévue du 9 au 12 juin.

L'OCDE n'était pas disponible pour un commentaire.

Toute chance de conclure un accord avant l'ouverture de la conférence mondiale sur le climat, la COP21, à Paris le 30 novembre, n'aura pas disparu, disent les responsables gouvernementaux, à condition que des progrès suffisants aient été réalisés en juin pour justifier une réunion extraordinaire de l'OCDE en juillet ou en septembre.

Un responsable de l'Union européenne, qui a requis l'anonymat, a expliqué que les pays ayant les positions les plus défavorables à un compromis étaient l'Allemagne au sein de l'UE et le Japon au sein de l'OCDE dans son ensemble.

  Suite...