La Bourse de Paris - Les valeurs du jour lundi (clôture)

lundi 25 mai 2015 18h41
 

* Valeurs qui se traitent ex-dividende 
    * Le point sur les marchés européens 

    PARIS, 25 mai (Reuters) - Les valeurs du jour lundi à la
Bourse de Paris où l'indice CAC 40 a clôturé en baisse
de 0,5% à 5.117,17 points dans un marché désert en ce lundi de
Pentecôte où les grandes places comme Tokyo, Londres, Francfort
et New York étaient fermées. 657 millions d'euros ont été
échangés sur les valeurs du CAC sur Euronext, soit 16% du volume
quotidien moyen des trois derniers mois.
    
    * Sensibles aux évolutions des taux d'intérêt, les services
aux collectivités (-1,05%) et les bancaires 
(-0,78%) ont accusé les plus fortes baisses sectorielles en
Europe après que la présidente de la Fed Janet Yellen a dit que
la hausse des taux directeurs américains depuis 2006 serait
probablement être décidée cette année.. 
   * BNP PARIBAS a perdu 1,37% à 56,23 euros, CREDIT
AGRICOLE 1,09% à 14,005 euros et SOCIETE GENERALE
 0,48% à 44,535 euros.
   * NATIXIS a lâché 1,48% à 6,861 euros. CM-CIC
Securities a abaissé sa recommandation d'accumuler à neutre sur
la valeur, estimant qu'avec un gain de plus de 27% depuis le
début de l'année le titre avait realisé une bonne performance et
souligne qu'après retraitement du dividende, Natixis apparaît
comme une des banques les plus chères d'Europe.
     
    * Les télécoms françaises sont restées sous pression après
que le gouvernement a clairement dit que la consolidation du
secteur sur laquelle le marché spéculait depuis plusieurs mois
n'était pas à l'ordre du jour.
    BOUYGUES, dont la filiale Bouygues Telecom était
une des cibles désignées, a encore perdu 1,59% à 36,625 euros,
la plus forte baisse du CAC 40. ORANGE a abandonné
0,89% à 14,47 euros et NUMERICABLE-SFR a fini en
baisse de 0,8% à 54,56 euros tandis qu'ILIAD (+0,36% à
211,7 euros) a résisté.
        
     * ENGIE (anciennement GDF Suez) a abandonné 1,2% à
18,5 euros. Son PDG a déclaré samedi que le groupe prendrait une
participation dans AREVA (-1,25% à 9,075 euros) pour
créer un grand groupe international dans le domaine des services
de maintenance nucléaire. Areva de son côté a
dit avoir reçu une offre d'EDF (-0,73% à 23,04 euros)
pour son activité de réacteurs, confirmant une information des
Echos, qui croit savoir qu'EDF a proposé plus de deux milliards
d'euros pour cette activité, un montant qu'Areva n'a pas
confirmé. 
    
    * Les rares hausses du CAC 40 ont été de faible ampleur, la
plus forte d'entre elles, celle de PSA, a été de 0,87%
à 18,545 euros. ARCELORMITTAL a avancé de 0,65% à
10,08 euros, dopé par la hausse des cours du minerai de fer
 (+2,83%). Hors CAC, ERAMET a pris 1,38% à
75,2 euros, soutenu par la hausse du cours du nickel 
(+1,83%).
    
    * PUBLICIS a pris 0,55% à 76,48 euros, bénéficiant
d'une configuration graphique haussière à court terme après
avoir franchi sa moyenne mobile 50 jours (74.103) le 14 mai puis
sa MM 20 jours le 19 mai (75,265 euros).
       
    * KERING, qui a perdu 4,29% au cours des trois
séances précédentes, a repris 0,55% à 163,9 euros.
      
    * DERICHEBOURG, plus forte hausse de l'indice CAC
Mid&Small, a fait un bond de près de 22% à 3,58 euros
après l'annonce vendredi par la société de services à
l'environnement d'une hausse de 34% de son Ebitda courant et
d'un retour au bénéfice net au premier semestre.
    
    * Plus forte hausse du SBF 120, SOLOCAL GROUP
 s'est offert un rebond technique de 3,19% à 0,485
euro après une perte de plus de 11% depuis le 28 avril dernier,
date à laquelle le titre a ouvert un gap baissier à 0,575 euro
et inauguré une configuration technique négative après que
l'ex-Pages Jaunes a révisé en baisse sa prévision de chiffre
d'affaires 2015. Il évolue depuis le 2 février sous sa moyenne
mobile 50 jours et depuis le 20 avril, il est aussi passé en
dessous de sa moyenne mobile 20 jours.
    
    * NEXANS, qui avait ouvert un gap haussier à
32,545 euros le 28 avril après publication de son chiffre
d'affaires du premier trimestre et gagné depuis près de 17%, a
perdu 1,88% et signé la plus forte baisse du SBF 120.

 (Raoul Sachs, édité par Véronique Tison et Benoît Van
Overstraeten)