Areva ne cherche pas à défendre son "pré carré" face à EDF-DG

jeudi 21 mai 2015 16h27
 

PARIS, 21 mai (Reuters) - Areva ne cherche pas à défendre son "pré carré" mais veillera à ce que tout actif vendu dans le cadre de son plan de sauvetage soit "bien valorisé", a déclaré jeudi son directeur général Philippe Knoche.

Ces déclarations interviennent alors qu'EDF a officialisé mardi son intention de racheter l'activité réacteurs nucléaires d'Areva, tout en estimant que son projet ne pourrait se concrétiser qu'à un prix "de marché" et assorti de garanties liées aux passifs de son fournisseur.

Selon plusieurs sources, ce scénario suscite des craintes chez Areva car il laisserait au groupe la seule gestion des mines d'uranium et du combustible nucléaire et marquerait la fin de son "modèle intégré", qui implique une présence sur l'intégralité des activités nucléaires.

"S'agissant d'EDF (...), nous retiendrons chaque évolution sur la base des trois objectifs: la pertinence industrielle, les risques d'exécution (...) et la contribution au financement du groupe", a dit Philippe Knoche lors de l'assemblée générale des actionnaires d'Areva, dont l'Etat français détient près de 87% du capital.

"Nous ne sommes pas dans la défense de totems ou de pré carré, mais bien dans la poursuite de ces trois objectifs, et notre mission est de trouver le meilleur équilibre entre vision industrielle, opportunité de cessions d'actifs et financement du groupe", a-t-il ajouté.

"Nous devons veiller à ce que tout actif soit bien valorisé et, même si plusieurs options sont aujourd'hui sur la table, notre travail prioritaire est d'étudier comment (procéder) à l'alignement de la filière industrielle française dans le domaine des réacteurs tout en respectant les trois objectifs que je mentionnais."

Philippe Knoche a également confirmé qu'Areva menait aussi des discussions - "parfois formalisées, parfois exploratoires à ce stade" - avec d'autres partenaires qu'EDF intéressés par certaines activités du groupe.

L'entreprise publique chinoise China National Nuclear Corp (CNNC) s'est récemment déclarée ouverte à toute forme d'alliance avec Areva. Engie (GDF Suez), selon la presse, a en outre mandaté plusieurs banques pour étudier une reprise partielle des activités de services sur la base installée d'Areva. (Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez)