Renault pourrait reconsidérer son investissement en Turquie

jeudi 21 mai 2015 13h58
 

ISTANBUL, 21 mai (Reuters) - Renault pourrait reconsidérer son investissement en Turquie, un conflit social ayant entraîné l'arrêt de la production de sa coentreprise Oyak Renault, a déclaré jeudi Jean-Christophe Kugler, responsable de la région Eurasie chez le constructeur automobile français.

Tofas et Ford Otosan, filiale locale de Ford, et Oyak Renault ont tous arrêté la production en raison du conflit, qui intervient à quelques semaines des élections législatives du 7 juin.

Kugler a dit à la presse que la Turquie était un marché de grand potentiel sur lequel Renault avait parié sur le long terme et que le conflit était une menace non seulement pour la Turquie, pays qui produit beaucoup de pièces détachées pour l'automobile, mais aussi pour le secteur dans son ensemble.

Le ministre de l'Industrie Fikri Isik a dit qu'il voulait une reprise immédiate de la production, ajoutant que les revendications des salariés pouvaient être examinées tout en poursuivant la production.

S'exprimant devant la presse lors d'un salon de l'automobile à Istanbul, Isik a dit que le conflit affectait les exportations turques mais que les pertes de production enregistrées jusqu'à présent pouvaient être récupérées.

Le conflit social, qui porte sur les conditions de travail et les salaires, s'est propagé à plusieurs équipementiers rassemblés dans la ville de Bursa, dans le nord-ouest du pays, centre vital de l'industrie automobile turque.

(Daren Butler, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)