La disparition des abeilles aux USA s'accélère-rapport officiel

mercredi 13 mai 2015 18h21
 

13 mai (Reuters) - La raréfaction des abeilles aux Etats-Unis a connu une accélération spectaculaire depuis un an, montre mercredi un rapport du ministère de l'Agriculture.

Les disparitions subies par les colonies d'abeilles, élément clé de la pollinisation des cultures, ont atteint 42,1% entre avril 2014 et avril 2015, contre 34,2% sur les 12 mois précédents, précise l'US Department of Agriculture (USDA). Il s'agit du deuxième taux le plus élevé jamais enregistré.

"De telles pertes dans les colonies au cours de l'été et sur l'ensemble de l'année restent très troublantes", a déclaré Jeff Pettis, un entomologiste de l'USDA, cité dans un communiqué.

L'étude est basée sur les réponses d'environ 6.100 apiculteurs représentant 400.000 essaims, précise l'USDA.

Les pertes avaient culminé à 45% au cours de l'année 2012-2013 alors que l'USDA considère que le taux de perte économiquement supportable est de 18,7% seulement.

Le débat sur la raréfaction des abeilles et les moyens d'y remédier a pris aux Etats-Unis, comme dans plusieurs pays européens, un tour politique ces dernières années : les apiculteurs, les organisations de défense de l'environnement et certains scientifiques mettent en cause les néonicotinoïdes, des insecticides utilisés pour le traitement des cultures de certaines céréales, comme le maïs, et des pelouses.

Pour les producteurs de ces produits, comme le géant allemand Bayer et le suisse Syngenta, les disparitions d'abeilles peuvent s'expliquer par de multiples facteurs, comme l'infestation des colonies par d'autres insectes nuisibles.

La Maison blanche a créé une commission d'enquête sur le sujet et certaines enseignes de matériel de jardinage ont banni les néonicotinoïdes de leurs rayons. L'EPA, l'agence fédérale de protection de l'environnement, doit publier d'ici la fin de l'année les résultats d'une série d'études sur les effets de ces produits.

(Carey Gillam; Marc Angrand pour le service français)