Wall Street pâtit de la Grèce et des rendements obligataires

mardi 12 mai 2015 15h39
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur

NEW YORK, 12 mai (Reuters) - Wall Street a ouvert en baisse prononcée mardi, poursuivant sur sa lancée de la veille dans la mesure où la situation financière de la Grèce reste un gros souci pour les intervenants du marché, qui n'apprécient pas non plus le nouveau coup de tabac sur le marché obligataire.

Quelques minutes après l'ouverture, l'indice Dow Jones cède 0,7% à 17.981,25 points. Le Standard & Poor's 500 recule de 0,66% à 2.091,49, tandis que le Nasdaq Composite cède 0,72% à 4.957,48 points.

Sur le marché des Treasuries, le rendement de l'emprunt de référence à 10 ans a atteint un pic de six mois de 2,37%. Il en va de même pour le papier à 30 ans, avec un rendement qui est monté à 3,13%, au plus haut depuis le 7 novembre 2014.

L'envolée des rendements obligataires de part et d'autre de l'Atlantique n'est pas de bon augure pour la Bourse car elle est synonyme d'une hausse des coûts d'emprunt pour les entreprises.

Quant à la Grèce, elle a annoncé lundi avoir honoré une échéance cruciale de 750 millions d'euros du Fonds monétaire international (FMI) mais les ministres des Finances de la zone euro, tout en reconnaissant les progrès réalisés, ont maintenu la pression pour accélérer les discussions sur les réformes.

Ces éléments prennent d'autant plus de place dans l'esprit des traders qu'ils ne peuvent pas reporter leur attention sur des statistiques inexistantes aujourd'hui et sur des résultats de sociétés dont la saison tire à sa fin.

L'actualité sur le front des fusions et acquisitions reste cependant alimentée par Verizon Communications qui a annoncé ce mardi le rachat d'AOL pour 4,4 milliards de dollars.

De l'avis de Peter Cardillo (Rockwell Global Capital), cette seule opération permet d'amortir en partie le recul des cours.   Suite...