KBC-Résultats meilleurs que prévu, avec l'assurance et l'Irlande

mardi 12 mai 2015 09h01
 

BRUXELLES, 12 mai (Reuters) - Le groupe financier belge KBC a publié mardi un bénéfice net supérieur aux attentes au titre du premier trimestre 2015, en raison de la forte amélioration de ses activités d'assurance et d'un retour au profit de sa filiale regroupant les marchés de plus petite taille tels que l'Irlande.

Le titre KBC a ouvert en hausse de 1,3% après ces résultats, affichant l'une des plus fortes progressions de l'indice Stoxx 600.

Son bénéfice net, hors éléments exceptionnels, a augmenté de 51% au premier trimestre par rapport à la même période de l'an dernier, à 510 millions d'euros, un chiffre nettement supérieur aux 384 millions d'euros attendus selon un consensus Reuters établi sur la base des estimations de six analystes.

Le groupe a précisé que son ratio combiné, une mesure de la rentabilité dans le secteur de l'assurance dommages, est tombé à 82% au premier trimestre en raison d'un hiver doux dans toutes les régions, ce qui a limité les demandes d'indemnisations.

La branche marchés internationaux de KBC, qui comprend des filiales en Bulgarie, Hongrie, Irlande et Slovaquie, est passé dans le vert, avec un bénéfice net de 24 millions d'euros après une perte de 28 millions pour la même période de l'an dernier.

Le groupe a bénéficié d'une forte baisse de ses charges pour dépréciations d'actifs au premier trimestre, essentiellement en Irlande et en République tchèque.

KBC, qui a 14,4 milliards d'euros d'encours de crédit et de prêts hypothécaires en Irlande, a noté que ses provisions pour créances douteuses dans le pays avaient été ramenées à sept millions d'euros, contre 41 millions un an plus tôt.

"Les charges pour dépréciations ont été très faibles, probablement de façon non durable", a dit le directeur général de KBC Johan Thijs dans un communiqué.

KBC a maintenu son objectif de pertes sur créances entre 50 et 100 millions d'euros en 2015 et 2016. (Robert-Jan Bartunek, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)