Grèce-Pas d'avancée décisive en vue à l'Eurogroupe de Bruxelles

lundi 11 mai 2015 12h07
 

ATHENES, 11 mai (Reuters) - La réunion des ministres des Finances de la zone euro en fin de journée à Bruxelles ne devrait déboucher sur aucune avancée décisive malgré les progrès réalisés sur certains dossiers, a prévenu lundi le ministre grec, Yanis Varoufakis.

La pression sur Athènes est pourtant de nouveau montée ces derniers jours, d'autant que le pays est censé rembourser mardi 750 millions d'euros au Fonds monétaire international (FMI).

Le gouvernement d'Alexis Tsipras affirme vouloir éviter une nouvelle crise financière et n'avoir aucun "plan B" mais il n'entend pas pour autant renoncer à ses "lignes rouges" sur les retraites ou la réforme du marché du travail.

Pour Yanis Varoufakis, un compromis susceptible de réduire les contraintes financières est plus probable dans les jours à venir.

"La probabilité n'est pas exclue", a-t-il dit à la radio Sto Kokkino lundi avant de partir pour Bruxelles, ajoutant toutefois que "les messages qui nous parviennent montrent que cela sera difficile".

Il a déclaré que les positions des deux camps s'étaient rapprochées sur de nombreux points.

"Je crois que la solution sera trouvée dans les prochains jours, pas nécessairement aujourd'hui. Nous ferons tout notre possible pour parvenir à un allégement (des tensions en terme de liquidités) aujourd'hui", a-t-il assuré.

Plusieurs responsables de la zone euro ont exclu la conclusion d'un accord lundi et précisé que le communiqué final de l'Eurogroupe ne devrait pas suffire à justifier que la Banque centrale européenne (BCE) relève le plafond qu'elle impose aux émissions de bons du Trésor grec, la principale source de liquidités de d'Athènes pour l'instant.

L'Eurogroupe "doit pouvoir être positif pour montrer que quelque chose a changé dans les modalités de travail entre la Grèce, les institutions et les autres pays partenaires, que les choses ont avancé", a déclaré le ministre français des Finances, Michel Sapin.   Suite...