La fusion Nokia/Alcatel-Lucent n'inquiète pas Huawei

vendredi 8 mai 2015 00h29
 

par Julia Fioretti

BRUXELLES, 7 mai (Reuters) - Le projet de fusion entre les équipementiers télécoms Nokia et Alcatel-Lucent n'inquiète pas le concurrent chinois Huawei Technologies qui entend bien poursuivre sa croissance en Europe, a déclaré jeudi à Reuters son directeur général Guo Ping.

Le groupe issu de la fusion sera le numéro deux mondial dans les équipements de téléphonie mobile derrière le suédois Ericsson. Il aura aussi une offre de produits plus large, à la fois dans la téléphonie mobile et le fixe, ce qui renforcera sa position face à Huawei, le leader mondial des équipements de télécommunications.

Pour Guo Ping, ce rapprochement viendra stimuler les investissements et la concurrence dans le secteur, sans menacer pour autant Huawei.

"Le groupe fusionné sera beaucoup plus compétitif, et pour le secteur dans son ensemble c'est une bonne chose", a-t-il dit. "Cela revient à combiner une société très forte dans les équipements sans fil avec une autre société très forte dans la téléphonie fixe".

Le développement des smartphones et des objets connectés promet des opportunités lucratives pour tous les acteurs du secteur, a-t-il ajouté en prédisant 100 milliards de nouvelles connections dans les dix prochaines années.

Huawei a vu ses ventes en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique bondir de 20% l'an dernier à 101 milliards de yuans (11,5 milliards d'euros), soit un montant bien supérieur à ses ventes des autres régions à l'exception de la Chine. Le groupe non coté, indésirable aux Etats-Unis où il a été accusé de cyberespionnage, a annoncé jeudi l'ouverture d'un nouveau centre de recherche à Bruxelles. (Véronique Tison pour le service français)