Valls exhorte ses ministres à investir la scène européenne

mercredi 6 mai 2015 15h34
 

PARIS, 6 mai (Reuters) - Manuel Valls a exhorté mercredi ses ministres à investir davantage la scène européenne en participant à chaque Conseil de l'UE, en se rendant davantage à Strasbourg et en multipliant les déplacement dans les capitales et la presse des Etats membres.

Cette injonction du chef du gouvernement intervient alors que la France subit depuis des années une perte d'influence dans l'Union, qui se traduit notamment par une moindre présence aux postes clés des institutions européennes.

Le manque d'assiduité des députés français à Strasbourg mais aussi des ministres de la République aux nombreuses réunions avec leurs homologues de l'UE est souvent épinglée.

"Je demande donc à chaque membre du gouvernement de participer systématiquement aux Conseils de l'UE, d'assurer une présence plus soutenue au Parlement européen (...) et de se déplacer plus régulièrement dans les pays européens", a dit Manuel Valls selon le texte de sa communication sur "le projet européen de la France" en conseil des ministres. "Une présence plus forte dans les médias étrangers est également nécessaire."

Le désintérêt présumé des ministres pour l'Europe persiste alors que François Hollande revendique dans le bilan de ses trois années de présidence d'avoir contribué à réorienter l'Europe vers des politiques plus favorables à la croissance au détriment des thèses favorables à l'austérité économique.

Le Premier ministre, qui s'est lancé quelques mois après sa prise de fonction dans une tournée des capitales européennes pour expliquer sa politique, a dit qu'il donnerait l'exemple en se rendant prochainement au Parlement européen.

Manuel Valls entend aussi développer une communication positive sur l'Europe, notamment sur les réponses qu'elle peut, selon lui, apporter à l'immigration clandestine ou à l'insertion des jeunes pour contrer le discours du Front national.

"Nous devons changer d'approche vis-à-vis de l'Europe, en parler davantage, communiquer sur ses réalisations au service de nos citoyens et porter nos idées partout dans l'Union européenne", a-t-il estimé en plaidant notamment pour la mise en oeuvre à terme d'un "vrai système de garde-frontières européen".

Outre les appels traditionnels de la France à un renforcement de la gouvernance de la zone euro ou à la constitution d'une Europe de la Défense, le Premier ministre a souhaité la mise en oeuvre d'initiatives concrètes comme la création d'une carte européenne pour les étudiants. (Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)