La Grèce pas menacée d'un défaut par les agences de notation

vendredi 1 mai 2015 14h16
 

LONDRES, 1er mai (Reuters) - La plupart des grandes agences de notation affirment qu'elles n'abaisseraient pas la Grèce au rang de pays en défaut si elle manquait une échéance de remboursement à l'égard du Fonds monétaire international (FMI) ou de la Banque centrale européenne (BCE).

Trois d'entre elles - Standard & Poor's, Fitch et DBRS -expliquent qu'à leurs yeux, le FMI et la BCE ne sont pas des créanciers ordinaires.

"Si la Grèce devait, pour une raison ou une autre, ne pas effectuer un remboursement au FMI ou à la BCE, cela ne constituerait pas un défaut selon nos critères car il s'agit d'une dette du secteur 'institutionnel'", dit Frank Gill, responsable de la notation de la Grèce chez S&P.

Ed Parker, pour Fitch, et Fergus McCormick, chez DBRS, disent partager cette opinion.

Dietmar Hornung, de Moody's, est d'accord en ce qui concerne le FMI mais pas la BCE car les créances détenues par l'institut de Francfort peuvent potentiellement être mises sur le marché.

L'avis des agences de notation est essentiel car si elles déclaraient toutes les quatre la Grèce en situation de défaut, ce qui fut le cas lors de la restructuration massive de la dette grecque en 2012, la BCE n'accepterait plus les titres publics de la Grèce en garantie des prêts accordés à ses banques.

Or ce mécanisme est actuellement la dernière bouée de sauvetage financière de la Grèce en l'absence d'accord avec ses créanciers sur des réformes en échange d'une nouvelle aide.

La Grèce doit rembourser près d'un milliard d'euros au FMI dans le courant du mois de mai et près de sept milliards à la BCE en juillet et août. (Marc Jones; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Patrick Vignal)