29 avril 2015 / 23:21 / il y a 2 ans

Allemagne-De Maiziere nie avoir menti sur un scandale d'espionnage

BERLIN, 30 avril (Reuters) - Le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maiziere, proche allié de la chancelière Angela Merkel, a nié mercredi avoir menti au parlement à propos de la coopération de l'Allemagne avec des agences de renseignement américaines.

L'opposition de gauche et certains médias s'en sont pris récemment à Thomas de Maiziere sur son action en tant que directeur de la chancellerie fédérale de 2005 à 2009, se demandant s'il savait que les services de renseignement allemands (BND) coopéraient avec des agences de renseignement américaines concernant des entreprises européennes comme Airbus .

Le ministre est accusé de ne pas avoir réagi, lorsqu'il était ministre de la Défense, aux informations concernant des défauts prêtés aux fusils G36 de l'armée allemande. Il est resté silencieux sur le sujet même lorsque Ursula von der Leyen, qui lui a succédé à la défense, a jeté de l'huile sur le feu.

"Je respecte les règles", a dit Thomas de Maiziere mercredi alors que le journal Bild l'accusait d'avoir menti au parlement et à l'opinion publique.

"Telle est mon attitude en ce qui concerne le traitement des informations ultra-secrètes. Il est dans mon intérêt de faire la lumière sur ces accusations. Elles sont erronées et les documents le prouveront".

Le Parti de gauche a appelé de Maiziere à la démission.

LOYAUX L'UN ENVERS L'AUTRE

Autre affaire potentiellement embarrassante pour le gouvernement Merkel, les médias allemands ont rapporté que des responsables du BND avaient aidé des agences de renseignement américaines concernant des informations touchant à l'Elysée, au ministère français des Affaires étrangères et à la Commission européenne.

"Au coeur de tout ça, il y a l'espionnage politique de nos voisins européens et des institutions européennes", a déclaré une personne au fait du programme d'espionnage, citée par le journal Süddeutsche Zeitung.

Contactés par Reuters, le porte-parole du gouvernement allemand et le BND n'ont pas réagi pour le moment à ces informations.

A Paris, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré que "Nous sommes en contact étroit avec nos partenaires allemands, qui ont indiqué publiquement procéder à une clarification interne sur les éléments rapportés par la presse".

Pour les analystes, Angela Merkel entend défendre Thomas de Maiziere, qui est depuis longtemps le "punching ball" de l'opposition. "Merkel ne le sacrifiera pas", estime Gero Neugebauer, politologue à l'Université libre de Berlin.

Le cousin de Thomas de Maiziere, Lothar de Maiziere, fut le dernier président du Conseil de la RDA et, à ce titre, propulsa Angela Merkel dans l'arène politique en faisant d'elle sa porte-parole.

"Elle l'a connu dès le début de sa carrière et ils sont parfaitement loyaux l'un envers l'autre. S'il devait démissionner, elle serait exposée", souligne le politologue. (Erik Kirschbaum; Eric Faye pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below