La SNCM dans une impasse, selon ses administrateurs judiciaires

vendredi 24 avril 2015 18h58
 

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE, 24 avril (Reuters) - Les actionnaires de la SNCM, l'Etat et Transdev, font de la liquidation judiciaire de la compagnie maritime une condition préalable au financement d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), accusent les administrateurs judiciaires de la compagnie maritime.

Les deux administrateurs mandatés par le tribunal de commerce de Marseille après le placement de la compagnie en redressement judiciaire, en novembre, estiment que cette position "enferme la SNCM dans une impasse totale".

"Il n'est pas acceptable que des actionnaires subordonnent le financement du PSE d'une entreprise à sa liquidation judiciaire préalable", écrivent-ils dans une lettre aux conseils de l'Etat et de Transdev, coentreprise entre Veolia et la Caisse des dépôts, que Reuters s'est procurée.

La SNCM emploie 2.000 personnes dont 1.500 en CDI, effectifs qu'aucun des trois candidats à sa reprise n'envisage de conserver en intégralité.

Les administrateurs judiciaires rappellent les deux conditions qui auraient permis au tribunal de commerce d'étudier mercredi les trois offres de reprises : la nécessité que l'Etat français obtienne des autorités européennes une décision de "discontinuité" et le financement d'un PSE par les actionnaires, "conformément aux engagements pris".

La démarche de la France auprès de Bruxelles n'a été "formellement initiée" que le 15 avril, plus d'un mois après la demande en ce sens des administrateurs judiciaires.

Le financement du PSE aurait pour sa part dû être présenté au comité d'entreprise de la compagnie avant l'audience de mercredi, ce qui n'a pas été fait.

"Par courrier du 21 avril, vous nous avez indiqué que les actionnaires, en accord avec la Caisse des Dépôts, Veolia et l'Etat, n'accepteraient de contribuer au financement du PSE à hauteur de 85 millions d'euros que sous réserve de 'la conversion préalable du redressement judiciaire en liquidation judiciaire'", soulignent les administrateurs.   Suite...