24 avril 2015 / 15:58 / il y a 2 ans

Pour les 10 ans de l'A380,Airbus souhaite de nouvelles commandes

* L‘A380 avait effectué son premier vol le 27 avril 2005

* Moins d‘A380 à produire que d‘A380 en service

* Pas encore de décision sur un A380neo

* Airbus et Rolls Royce pourraient demander des prêts européens

par Tim Hepher

PARIS, 24 avril (Reuters) - Airbus a promis vendredi de relancer les ventes de l‘A380, à l‘approche du dixième anniversaire du premier vol du très gros porteur européen, le plus grand avion de ligne au monde, qui n‘a engrangé aucune commande depuis 2013.

“Ce sera une très bonne année pour l‘A380 en termes de livraisons et de commandes”, a déclaré à Reuters John Leahy, directeur commercial de l‘avionneur européen.

La filiale du groupe d‘aérospatiale et de défense Airbus Group discute avec “plusieurs compagnies aériennes”, a-t-il ajouté.

Les dix ans du premier vol de l‘A380 célébreront lundi une étape majeure franchie par le groupe européen pour concurrencer le 747, machine à cash de son rival américain Boeing.

Cet anniversaire coïncide avec un seuil crucial du programme: il y aura bientôt pour la première fois moins d‘A380 à produire qu‘en service.

Les ventes du quadrimoteur d‘Airbus et du 747 se sont essoufflées à la suite des améliorations apportées aux bimoteurs, plus légers.

Airbus a officiellement vendu 317 A380 d‘une valeur unitaire de 428 millions de dollars (394 millions d‘euros) au prix catalogue. L‘avionneur en a livré 158 et la livraison du 159e, marquant le point médian du programme, est attendue lundi également, selon des sources industrielles.

John Leahy a écarté l‘idée selon laquelle l‘A380 serait arrivé à son pic, promettant de nouvelles commandes prochainement. Airbus compte toujours atteindre l‘équilibre financier du programme cette année.

“Je préfère voir le verre à moitié plein”, a dit John Leahy.

Mais ce point de passage montre que la deuxième décennie de l‘avion de 525 sièges risque d‘être commercialement plus difficile après les commandes initiales des dix premières années.

“L‘A380 pourrait traverser un long plateau dans des volumes limités jusqu‘à ce qu‘il connaisse une deuxième vie en termes de commandes”, souligne Nick Cunningham, analyste au sein du cabinet britannique Agency Partners.

Emirates, la compagnie du Golfe qui est de loin le premier client de l‘A380, fait pression sur Airbus pour qu‘il remotorise l‘appareil afin d‘améliorer ses performances.

Les spéculations concernant une décision en ce sens sont montées d‘un cran cette semaine avec l‘attribution par Emirates d‘un gros contrat de motorisation au britannique Rolls-Royce pour une partie de sa flotte existante.

“Cela va inciter Rolls à aider Airbus à développer le programme A380”, selon une source industrielle.

Airbus n‘est toutefois pas prêt à prendre une décision sur un projet évalué à quelque deux milliards de dollars, selon des sources industrielles.

DILEMME

L‘avionneur se retrouve face à un dilemme: sortir un A380neo (new engine option) rapidement au risque de ne pas proposer un saut technologique suffisamment différenciateur ou attendre d‘avoir un argument technologique plus marquant à proposer, quitte à mécontenter son principal client.

De nouvelles commandes permettraient à Airbus de gagner du temps avant de prendre une décision. Airbus discuterait ainsi de la vente d‘une dizaine d‘A380 à la Turquie.

Le patron d‘Airbus Fabrice Brégier a réaffirmé le 17 avril que le groupe ne prendrait sa décision qu‘au vu des chiffres, mais selon certains observateurs, le contexte politique d‘un projet sécurisant des milliers d‘emplois en Europe gâche un peu la fête des dix ans de l‘A380.

Conçu par quatre pays, l‘A380 a été salué à ses débuts comme un prodige industriel, parallèlement à l‘aboutissement d‘une monnaie européenne commune. Dix ans plus tard, les deux projets économiques franco-allemands les plus visibles sont sous pression.

Depuis son premier vol, l‘A380 a dû surmonter une crise industrielle qui a coûté leur poste à deux patrons et des microfissures dans les ailes d‘avions déjà en service.

Airbus s‘est montré vendredi confiant quant à une amélioration de la demande pour l‘A380, les compagnies faisant face à des aéroports de plus en plus saturés alors que le trafic double tous les 15 ans.

L‘avionneur pourrait se mettre en quête de nouveaux prêts publics européens, en vertu d‘un système qui a déjà causé des tensions commerciales entre le Vieux Continent et les Etats-Unis.

Fabrice Brégier a dit la semaine dernière qu‘il serait prématuré de solliciter de tels prêts, qui couvrent un tiers du développement. Mais selon des sources commerciales européennes, cela n‘a pas empêché Airbus de commencer à se renseigner sur le sujet.

Un récent engagement d‘aide fiscale américaine pour le tout nouveau 777X de Boeing pourrait permettre à Airbus de demander plus facilement des prêts de son côté.

Rolls-Royce pourrait lui aussi demander des prêts publics pour le moteur qu‘il compte développer, mais aura besoin du feu vert de la Commission européenne, selon ces sources commerciales. (Cyril Altmeyer pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below