Safran surmonte une fronde d'investisseurs sur la loi Florange

jeudi 23 avril 2015 19h33
 

par Tim Hepher

PARIS, 23 avril (Reuters) - Safran a surmonté jeudi une rébellion d'investisseurs sur l'application d'un article de la loi Florange qui donne plus de marge de manoeuvre aux conseils des entreprises françaises pour repousser les OPA.

Quatre résolutions accordant au conseil le pouvoir d'émettre des actions dans les deux années à venir ont été adoptées à 68%-69% lors de l'assemblée générale des actionnaires, juste au-dessus de la majorité requise des deux tiers.

Des fonds activistes avaient menacé de bloquer ces résolutions car elles ne suspendent pas les pouvoirs du conseil quand une OPA est imminente.

De telles émissions d'actions diluent la part d'un "prédateur" et sont considérées par leurs détracteurs comme des "pilules empoisonnées" ("poison pills") qui peuvent affecter les valorisations et donc décourager les OPA.

Safran a évité le débat sur un autre article de la loi Florange, celui qui vise à introduire des droits de vote doubles pour favoriser l'actionnariat de long terme, parce que le motoriste aéronautique a déjà un tel système.

L'assemblée générale de Safran a marqué le départ du PDG Jean-Paul Herteman, atteint par la limite d'âge, remplacé par Philippe Petitcolin (directeur général) et Ross McInnes (président).

Safran a retiré une résolution qui prévoyait l'attribution d'actions gratuites au management et aux salariés, qui n'était pas assurée d'obtenir l'aval des actionnaires. (Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Matthieu Protard)