BOURSE-Kering trébuche, Gucci inquiète après une nouvelle déception

mercredi 22 avril 2015 09h38
 

PARIS, 22 avril (Reuters) - L'action Kering accuse mercredi matin la plus forte baisse de l'indice CAC 40, les investisseurs s'inquiétant pour Gucci, la marque phare du groupe français dont l'activité à une nouvelle fois déçu au premier trimestre.

A 9h31, le titre recule de 4,55% à 169,90 euros. Au même moment le CAC 40 gagne 0,54%.

Kering a publié mardi un chiffre d'affaires pénalisé par un décrochage plus fort que prévu des ventes de Gucci, en pleine phase de relance et de repositionnement.

Le chiffre d'affaires du groupe a totalisé 2,65 milliards d'euros et signe une progression de 11,4% en données publiées, dopée par les effets favorables de la baisse de l'euro.

Mais Gucci, qui compte pour plus de 60% de la rentabilité de Kering, a vu ses ventes chuter de 7,9% à changes constants - après une baisse de 0,5% au dernier trimestre et un recul de 1,1% sur l'ensemble de l'année 2014 - alors que les analystes tablaient sur un recul compris entre 3% et 5%.

"Les inquiétudes pour Gucci s'intensifient (...) La croissance organique (de Gucci, NDLR) s'était détériorée en 2014, la forte décélération de -8% au premier trimestre est une déception majeure", estime Barclays dans une note.

Natixis a de son côté abaissé sa recommandation sur la valeur d'"acheter" à "neutre" et ramené son objectif de cours de 214 à 186 euros.

"Gucci n'est, hélas, pas la seule division décevante : Bottega Veneta infléchit nettement son rythme de croissance (+3,1% contre +6,5% attendus et 12,6% en 2014) et les autres marques sont de plus en plus sous pression en raison de la forte baisse des ventes de Boucheron et des montres", remarque le broker.

"La visibilité sur le reste de l'année reste très faible", juge l'intermédiaire.

Pressé de questions sur le calendrier d'un retour à la croissance pour Gucci, Jean-François Palus, directeur général délégué, s'est contenté mardi de réaffirmer que le plan de relance, sous la houlette du nouveau PDG Marco Bizzarri et du nouveau designer Alessandro Michele, porterait ses fruits à compter du deuxième semestre. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Matthias Blamont)