Vivendi-Bolloré plaide pour une application de la loi Florange

vendredi 17 avril 2015 10h52
 

PARIS, 17 avril (Reuters) - Vincent Bolloré, premier actionnaire et président du conseil de surveillance de Vivendi , a appelé vendredi ses actionnaires à soutenir l'application de la loi Florange au sein de la société afin de lui donner l'agilité nécessaire à sa stratégie d'expansion dans les médias et les contenus.

La loi Florange prévoit l'attribution de droits de vote doubles pour les actionnaires présents depuis deux ans au capital d'une société.

Sa mise en oeuvre est contestée par un actionnaire de Vivendi, PhiTrust active Investors, qui a déposé une résolution sur laquelle les actionnaires doivent se prononcer ce vendredi, visant à maintenir le principe "une action-une voix".

"Moi personnellement, mais c'est aussi l'avis du conseil et du directoire, je trouve que deux ans ce n'est pas l'éternité. Le temps c'est ce qui permet aux affaires de mûrir , de progresser", a-t-il expliqué devant les actionnaires de Vivendi réunis dans la salle de l'Olympia.

Vincent Bolloré est devenu l'actionnaire de référence de Vivendi après avoir quasiment triplé sa participation dans le groupe ces dernières semaines pour la porter aux environs de 14,5%.

"Je suggère que les actionnaires qui veulent peser restent deux ans", a-t-il dit.

Pour appuyer sa démonstration, le président du conseil a pris l'exemple de géants des contenus tels Facebook ou Google dont les dirigeants ou fondateurs disposent de droits de vote multiples.

"Leurs structures de commandement leur permettent d'avancer extraordinairement vite", a-t-il dit. (Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud, édité par Jean-Michel Bélot)