** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

vendredi 17 avril 2015 08h02
 

PARIS/LONDRES, 17 avril (Reuters) - Les Bourses européennes devraient ouvrir dans le désordre vendredi dans un contexte d'inquiétude accrue sur la situation de la Grèce, tandis que la place de Londres est susceptible d'être soutenue par les valeurs minières dans le sillage des cours du cuivre.

La situation de la Grèce continue à préoccuper les investisseurs même si la Bourse d'Athènes a fini la séance de jeudi en hausse après les déclarations à Reuters du Premier ministre grec selon lesquelles il était "fermement optimiste" sur la conclusion d'un accord d'ici fin avril avec ses créanciers malgré des différends sur plusieurs grandes questions.

Malgré une semaine qui s'annonce plutôt mitigée, les marchés européens restent à des records pluriannuels, portés depuis le début de l'année par le programme de rachats d'actifs de la Banque centrale européenne entamé en mars.

D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait débuter sur une note quasi-inchangée, le Dax à Francfort perdre jusqu'à 0,2% et le FTSE à Londres gagner jusqu'à 0,2%.

La Bourse de Tokyo a reculé de plus de 1%, affecté par des statistiques américaines décevantes sur le marché du logement, dans un contexte attentiste avant le démarrage de la saison des résultats la semaine prochaine.

Les mises en chantier de logements ont augmenté moins que prévu en mars aux Etats-Unis, tandis que le nombre de permis de construire a subi son plus fort recul depuis mai dernier, ce qui tend à alimenter les doutes sur la vigueur de l'économie américaine.

Wall Street a marqué le pas jeudi, les investisseurs restant perplexes face aux résultats des entreprises américaines qui sont certes globalement meilleurs que prévu mais montrent aussi une faible croissance organique.

Sur le marché des changes, le dollar oscille autour de son plus bas niveau en plus d'une semaine contre un panier de devises de référence, encore sous le coup des mises en chantier. Il se traite près de 1,08 pour un euro.

Sur le front du pétrole, le Brent interrompt son rally de six jours après l'annonce par l'Opep d'une augmentation de sa production en mars de 810.000 barils par jour, dans un contexte déjà marqué par un excédent d'offre.   Suite...