16 avril 2015 / 08:54 / il y a 2 ans

LEAD 4-Total va arrêter le raffinage de brut à La Mède

* 180 emplois supprimés à la Mède sans licenciement sec

* 200 mlns investis dans le biodiesel et le solaire à La Mède

* 400 mlns investis à Donges dans la désulfurisation et l'hydrogène

* Les trois autres raffineries de Total en France pas concernées

* Le DG de Total rejette toute logique de moratoire (Actualisé avec mouvement de grève à La mède)

par Michel Rose et Gilles Guillaume

PARIS, 16 avril (Reuters) - Total a confirmé jeudi qu'il fermerait son activité de raffinage de pétrole brut à La Mède, près de Marseille, d'ici fin 2016 et qu'il y supprimerait 180 postes sans licenciement sec dans le cadre d'un plan de transformation du site.

A l'issue d'un comité d'entreprise extraordinaire sur les perspectives de son outil de raffinage en France, le groupe pétrolier a également annoncé son intention d'investir 200 millions d'euros à La Mède pour y créer la première bio-raffinerie française afin de répondre à la demande croissante en biocarburants.

Total investira également 400 millions d'euros pour moderniser la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) et développer la production plus rentable de carburants moins soufrés, ainsi que celle d'hydrogène.

"Sur les cinq raffineries de Total en France, les trois raffineries de Gonfreville (Haute-Normandie), Grandpuits (Seine-et-Marne) et Feyzin (Rhône) ont démontré en 2013 et 2014 leur résistance face à un environnement économique dégradé et leur capacité à dégager des résultats positifs durables", a expliqué Total dans un communiqué, confirmant des informations syndicales obtenues par Reuters.

"Deux autres, Donges et La Mède, sont confrontées à de réelles difficultés et sont devenues structurellement déficitaires. Ce plan vise à donner les moyens à chaque site de Total en France de résister aux aléas des marchés pour être durablement profitable."

MOUVEMENT DE GRÈVE À LA MÈDE

Sur les 430 postes que compte le site de La Mède, où sont produits 153.000 barils par jour, 250 postes seront maintenus sur la plate-forme, a précisé Total. Le groupe compte aussi construire sur place une ferme photovoltaïque de 8 mégawatts.

"La baisse des effectifs se fera progressivement par des départs anticipés à la retraite, des offres de postes sans mobilité géographique contrainte pour les salariés non cadres, principalement vers le groupe et ses filiales, et des mutations de cadres", a-t-il ajouté.

Un mouvement de grève a été déclenché jeudi matin à La Mède à l'appel de la CGT, majoritaire sur le site, a indiqué à Reuters le secrétaire CGT du comité d'entreprise Fabien Cros.

Un porte-parole de Total a confirmé à Reuters qu'il n'y avait pas d'expéditions à partir du site du fait de grévistes mais que la production n'était pas pour autant arrêtée.

"L'usine fonctionne, la production n'est pas arrêtée mais il n'y a pas d'expéditions", a-t-il dit. "On a recensé 18 grévistes sur environ 430 salariés."

Un comité d'entreprise est prévu vendredi matin à La Mède.

Interrogé sur ce mouvement, le directeur général de Total, Patrick Pouyanné a répondu à des journalistes: "(...) laissons le dialogue s'instaurer et on répondra aux inquiétudes."

TOTAL POURRAIT PAYER DES IMPÔTS SUR LES SOCIÉTÉS EN FRANCE

Patrick Pouyanné, lors d'une conférence de presse, a précisé que le site de La Mède deviendrait bénéficiaire à hauteur de 20 millions d'euros par an environ après sa restructuration, alors qu'il est aujourd'hui déficitaire à hauteur de 150 millions.

Donges passera pour sa part d'un résultat négatif de 30 à 50 millions d'euros par an à un bénéfice d'environ 50 millions.

"Cela représente pour nous une amélioration du résultat français, structurellement, de 250 millions d'euros (...) et grâce à cela, sans doute, Total paiera des impôts sur les sociétés", a souligné Patrick Pouyanné.

La CFDT a accueilli "favorablement la volonté (...) de reconversion industrielle durable" de la Mède, tout en prévenant qu'elle "ne cautionnera(it) aucune perte d'emplois". Pour la CFTC, Jean Alessandri s'est de même voulu "pragmatique", déclarant que "dans le contexte actuel, des investissements sans licenciements, c'est bon à prendre".

Alors que Total s'était engagé en 2010 à ne pas fermer de raffinerie en France pendant cinq ans, après plusieurs semaines de conflit social et la fermeture des activités de raffinage de Dunkerque, son directeur général a rejeté toute logique de moratoire.

VISION À MOYEN TERME

"Il n'est pas question qu'on parle d'un quelconque engagement de moratoire", a-t-il dit. "Le moratoire a eu un effet totalement négatif en interne sur Total, ce qui paraissait être une victoire s'est retourné psychologiquement contre l'ensemble du personnel (...), c'était devenu une épée de Damoclès."

"Le plan s'inscrit bien dans une vision à moyen terme", a toutefois souligné Patrick Pouyanné, évoquant "un horizon durable" de dix ans ou plus.

Numéro un européen du raffinage, Total est le dernier pétrolier en date à pratiquer des fermetures d'activités dans un secteur en butte aux surcapacités, à une demande d'essence faible, à une concurrence de plus en plus vive depuis plusieurs années et à des marges en berne.

Le groupe, après également la restructuration du site britannique de Lindsey, aura réduit ses capacités européennes de raffinage de 20% entre 2012 et 2017.

"Je considère qu'on aura fait (...) notre travail sur le marché européen, et maintenant j'attends que les autres acteurs de ce marché européen fassent aussi leur part du travail", a dit Patrick Pouyanné.

A Paris, l'action Total a clôturé sur un repli de 0,86% à 49,31 euros, tandis que l'indice CAC 40 a cédé 0,57%.

* Le communiqué de Total :

bit.ly/1OhOIgI (Avec Benjamin Mallet et Matthieu Protard à Paris, Jean-François Rosnoblet à Marseille, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below