April 16, 2015 / 5:44 AM / in 2 years

LEAD 2-Ipsen-L'abandon du traitement du cancer de la prostate sanctionné

3 MINUTES DE LECTURE

* Ipsen et Active Biotech arrêtent après des études de phase III

* La survie globale n'est pas prolongée

* L'action chute de près de 9% à la Bourse de Paris (Actualisé avec cours de Bourse, commentaire d'analyste)

PARIS, 16 avril (Reuters) - Le groupe pharmaceutique Ipsen a annoncé jeudi l'abandon des études évaluant son traitement phare, le Tasquinimod, destiné à soigner le cancer de la prostate, une décision durement sanctionnée à la Bourse de Paris.

Les études de ce traitement d'immunothérapie menées par le deuxième laboratoire français et son partenaire suédois Active Biotech avaient atteint le niveau de phase III, le dernier avant la commercialisation. Ses ventes potentielles étaient évaluées par les analystes à 400 millions d'euros.

"Bien que l'étude ait montré que le traitement par Tasquinimod réduit de façon statistiquement significative le risque de progression radiologique ou de décès par rapport au placebo chez les patients souffrant d'un cancer de la prostate métastatique résistant à la castration et n'ayant pas encore reçu de chimiothérapie, Tasquinimod n'a pas prolongé la survie globale", expliquent les deux groupes dans un communiqué.

Tomas Leanderson, PDG d'Active Biotech, déclare que "les données dont nous disposons sont sans appel et ne justifient pas la poursuite du développement de Tasquinimod dans cette population de patients".

De son côté, Marc de Garidel, le PDG d'Ipsen, note que la société "reste pleinement engagée en oncologie".

A la Bourse de Paris, le titre Ipsen, un temps réservé à la baisse, abandonne 8,51% vers 10h35 à 40,585 euros, plus fort repli de l'indice SBF 120.

"Il s'agissait d'un produit majeur pour le futur du groupe", commente Natixis au sujet du Tasquinimod. L'intermédiaire a abaissé sa recommandation sur la valeur de "neutre" à "alléger".

La médecine de spécialité, focalisée sur l'urologie-oncologie, la neurologie et l'endocrinologie, constitue le moteur de la croissance d'Ipsen.

Le laboratoire s'appuie principalement sur la somatuline, un traitement des troubles de la croissance qui a généré l'an dernier 60% de la hausse de ses ventes.

Il compte aussi sur le Dysport, qu'il commercialise dans les troubles moteurs et la spasticité musculaire, tandis que Galderma, la filiale de Nestlé, le distribue aussi dans ses indications esthétiques moyennant des redevances versées au groupe français.

* Le communiqué : bit.ly/1EJXi7g (Noëlle Mennella, édité par Matthias Blamont)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below