LEAD 2-Sika limite les droits de la famille, l'emporte à l'AG

mercredi 15 avril 2015 00h48
 

(Actualisé avec votes des actionnaires, réaction de Saint-Gobain)

BAAR, Suisse, 14 avril (Reuters) - La direction de Sika a remporté le soutien des actionnaires pour contrecarrer la vente d'une participation majoritaire à Saint-Gobain à son assemblée générale de mardi, ce qui n'empêchera pas une bataille judiciaire et réglementaire pour le contrôle du groupe chimique helvétique.

Le président de Sika avait auparavant annoncé que les droits de vote de la famille Burkard-Schenker seraient limités à 5% lors de cette AG, une décision attendue dans le bras de fer qui oppose la famille au conseil d'administration du groupe suisse.

Cette AG de sept heures était le dernier épisode en date du projet de prise de contrôle de Sika par Saint-Gobain pour 2,75 milliards de francs suisses (2,65 milliards d'euros), rejeté dès le départ par la direction et la majorité des administrateurs.

La famille Burkard-Schenker, qui possède un peu plus de 16% du capital de Sika mais détient la majorité des droits de vote, et le conseil s'affrontent ainsi depuis quatre mois à coups de procédures réglementaires et judiciaires.

Mardi, les membres du conseil d'administration, dont le président Paul Haelg qui dirige le mouvement contre Saint-Gobain, ont été réélus haut la main et le candidat de la famille a été rejeté. Les actionnaires ont aussi convenu d'une nouvelle assemblée générale, le 24 juillet, demandée par la famille.

"L'enjeu d'aujourd'hui est tout simplement l'avenir de Sika et de ses 17.000 salariés", a déclaré le président de Sika devant les 675 actionnaires réunis pour l'assemblée générale, déplacée dans une plus grande salle en raison de l'affluence inhabituelle suscitée par le projet de rachat.

Paul Haelg a expliqué que les opposants au projet avaient élaboré une solution visant à assurer une prime à la famille Burkard-Schenker tout en servant au mieux les intérêts de l'entreprise. Il n'a toutefois pas donné de précisions sur les modalités de ce nouveau projet.

Le plafonnement des droits de vote de la famille Burkard-Schenker a été justifié par le fait que l'exemption de la limite statutaire dont elle bénéficiait jusqu'à présent visait précisément à protéger le groupe d'une offre hostile.   Suite...