LEAD 1-La Grèce dément se préparer à un défaut éventuel

lundi 13 avril 2015 21h28
 

(actualisé avec des précisions, du contexte)

ATHENES, 13 avril (Reuters) - La Grèce a démenti lundi des informations du Financial Times selon lesquelles elle se préparait à un défaut si elle ne parvenait pas à un accord avec ses créanciers d'ici la fin du mois.

Le Financial Times écrit qu'Athènes compte surseoir à 2,5 milliards d'euros de remboursements dus au Fonds monétaire international (FMI) en mai et en juin si aucun arrangement n'est passé avec ses créanciers sur les réformes.

"La Grèce ne se prépare en rien à un quelconque défaut et il en va de même pour ses bailleurs de fonds. Les négociations progressent rapidement vers une solution satisfaisante pour tous", expliquent les services du Premier ministre Alexis Tsipras dans un communiqué.

"Ce qui semble causer quelque irritation, c'est que le gouvernement grec est résolu à mettre fin à la politique d'austérité".

Dans le cadre du plan d'aide international, Athènes a reçu au total 240 milliards d'euros de l'Union européenne et du FMI depuis 2010 mais n'a obtenu aucun versement depuis août dernier.

Le Financial Times souligne qu'un défaut de la Grèce conduirait presque certainement à court terme à la suspension de la fourniture de liquidité d'urgence (ELA) par la Banque centrale européenne (BCE) à la Grèce, à la fermeture de banques grecques, au contrôle des changes et à une aggravation de l'instabilité économique.

Le journal n'exclut pas que la menace d'un défaut soit une tactique du gouvernement d'Athènes pour obtenir les meilleures conditions possibles de la part des bailleurs de fonds.

Interrogé à Bruxelles sur cet article du Financial Times, un responsable de l'Union européenne a estimé qu'il reflétait "plus les divergences au sein du gouvernement grec qu'une tactique de négociation".   Suite...