L'Australie examine la fiscalité de Google, Apple et Microsoft

mercredi 8 avril 2015 11h51
 

SYDNEY, 8 avril (Reuters) - Google, Apple et Microsoft font l'objet d'un examen de la part de l'administration fiscale en Australie, ont déclaré mercredi des dirigeants des trois géants américains des nouvelles technologies lors d'une audition parlementaire à Sydney consacrée à l'évasion fiscale des entreprises.

Cette procédure signifie que le fisc australien n'a pas renouvelé les accords conclus avec ces groupes sur les prix de transfert, ont dit ces responsables.

Selon ses détracteurs, cette pratique comptable permet aux multinationales d'échapper en grande partie à l'impôt en leur permettant de transférer leurs bénéfices des pays dans lesquels ils sont réalisés vers d'autres pays aux régimes fiscaux nettement plus favorables.

Après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, l'Australie conduit à son tour une enquête publique sur les pratiques fiscales des entreprises.

Maile Carnegie, directrice générale de Google en Australie, Tony King, patron d'Apple en Australie et en Nouvelle-Zélande, et Bill Sample, responsable de la fiscalité chez Microsoft, ont tous refusé de préciser devant la commission sénatoriale australienne la part de leur chiffre d'affaires taxée en Australie et les montants éventuellement transférés à l'étranger.

Ces trois responsables ont tous démenti pratiquer l'évasion fiscale. (Swati Pandey, Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)