April 8, 2015 / 8:08 AM / 2 years ago

BOURSE-L'Automobile reste pénalisée par les prises de profit

3 MINUTES DE LECTURE

PARIS, 8 avril (Reuters) - Le secteur automobile européen accuse la plus forte baisse sectorielle mercredi matin sur les marchés boursiers européens, toujours pénalisé par les prises de profit auxquelles continuent d'inviter plusieurs stratégistes et analystes après la performance de ces valeurs au premier trimestre.

A 9h53, l'indice Stoxx du secteur automobile européen perd 1,07% après avoir bondi de près de 32% de janvier à fin mars, contre un gain de 0,22% pour le Stoxx 600 (+16% au premier trimestre).

Graphique des performances sectorielles cette année:

bit.ly/1FeU8tv

Graphique du secteur automobile en Bourse depuis fin 2008:

bit.ly/1IIGTz1

A Paris, PSA perd 1,79% et Renault 0,6%, quand Daimler cède 1,33% et BMW 1,91% à Francfort.

"Les investisseurs devraient envisager de ramener à neutre leur positionnement actuel qui surpondère le secteur automobile européen après le fort 'rally' du secteur au cours des six derniers mois", estime dans une note Kepler Cheuvreux.

Entre fin septembre et fin mars, le secteur a bondi de 45% alors que le Stoxx 600 n'a gagné que 15,8%, soit une hausse pratiquement trois fois plus élevée. Depuis, l'automobile cède environ 2% et le Stoxx 600 gagne 2%.

Kepler Cheuvreux, qui invite désormais à la prudence, a abaissé sa recommandation sur plusieurs valeurs du secteur, comme PSA que le broker recommande désormais avec un conseil à "alléger", contre "conserver" précédemment.

Pour plusieurs stratégistes, les effets de change plus favorables avec le recul de l'euro face au dollar et la reprise économique en Europe sont déjà bien anticipés par le marché et si une nouvelle accélération dans l'année n'est pas impossible, il convient pour l'heure de laisser le secteur reprendre son souffle.

"L'indice Stoxx du secteur automobile est désormais 28% au-dessus de sa moyenne mobile à 200 jours", remarque dans une note Morgan Stanley. "Au cours des 25 dernières années, cela n'est arrivé qu'en 1999, en 2007 et fin 2010. A chaque fois, le secteur a perdu la plupart de ses gains dans les douze mois ayant suivi alors que les conditions macroéconomiques se sont détériorées."

Tout en reconnaissant une détérioration du couple rendement-risque du secteur automobile, Morgan Stanley juge cependant que la dynamique devrait se poursuivre par la suite au regard des espoirs des investisseurs sur la reprise économique en Europe. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below