La CGT enregistre un sévère recul aux élections à Air France

vendredi 13 mars 2015 13h51
 

PARIS, 13 mars (Reuters) - La CGT a perdu sa place de premier syndicat et chuté à la quatrième place, à 14,26% des voix, à l'occasion des élections professionnelles à Air France qui ont eu lieu jeudi, selon un document consulté vendredi par Reuters.

La CFE-CGC devient donc la première organisation d'Air France avec 18,11%, gagnant près d'un point par rapport au scrutin d'il y a quatre ans, devant FO qui est quasi stable à 15,94%, puis Unsa aérien (15,18%). La CFDT est à 13,19%.

Chez les pilotes, le SNPL obtient 65,37% des voix au comité d'entreprise et perd 6 points par rapport à 2011 (71%). Le syndicat concurrent, le SPAF, double quasiment son score de 2011 avec 20,7%, contre 10,7%.

Dans un communiqué, le SNPL souligne qu'il demeure "un interlocuteur incontournable". "Le SNPL reste le seul syndicat à franchir le seuil des 30%. Il est seul en capacité de signer un accord collectif et de peser sur l'avenir des pilotes d'Air France", écrit-il.

"Désormais, il reste à la direction d'Air France à démontrer sa capacité à entretenir un dialogue social constructif et digne, et à mettre en place une politique vertueuse de développement", ajoute le syndicat.

Ces élections montrent une montée en puissance des syndicats réformistes dans un contexte économique et social délicat au sein de la compagnie.

Compte tenu des règles en vigueur, sont considérés comme représentatifs au niveau de l'entreprise la CFE-CGC, FO, l'UNSA Aérien, la CGT, la CFDT ainsi que, au titre du seul collège PNT (Personnel naviguant technique), le SNPL France Alpa et le SPAF.

Le groupe Air France-KLM, qui s'efforce de faire face à une concurrence exacerbée dans le secteur aérien, et en particulier à celle des compagnies à bas coûts, a annoncé le mois dernier vouloir accélérer ses économies.

La direction réunira le 16 mars les syndicats de la compagnie pour renégocier les accords d'entreprise, a précisé Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM.

Il a indiqué mardi sur France Inter que le groupe devrait dégager des bénéfices au titre de l'exercice 2015. "C'est l'engagement que nous avons pris et nous sommes raisonnablement confiants", a-t-il dit. (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)