Wall Street ouvre en hausse, Intel freine le Nasdaq

jeudi 12 mars 2015 14h51
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur 

    NEW YORK, 12 mars (Reuters) - La Bourse de New York a débuté
en hausse jeudi, après deux séances de baisse, le recul
inattendu des ventes de détail en février ayant quelque peu
apaisé les craintes d'un relèvement des taux de la Réserve
fédérale américaine dès le mois de juin. 
    Intel limite la hausse du Nasdaq, accusant une
perte de 4,7% après avoir sensiblement revu en baisse sa
prévision de chiffre d'affaires trimestriel. 
    Le dollar, dont la récente envolée pèse sur la tendance dans
la crainte d'un impact négatif sur les résultats des entreprises
américaines, marque une pause et perd 0,7% face à un panier de
devises de référence et face à l'euro, à 1,0630. 
    L'indice Dow Jones gagne 0,8% à 17.776,64 points dans
les premiers échanges. Le Standard & Poor's 500, plus
large, progresse de 0,66% à 2.053,61 points et le Nasdaq
Composite prend 0,31% à 4.864,82 points.
    Wall Street est engagé dans une tendance baissière depuis
quelque temps, le S&P-500 ayant accusé des pertes pendant huit
des 11 dernières séances et perdu 3% sur les trois dernières.
    Cet accès de faiblesse s'explique surtout par la convictions
croissance, après la publication d'un  rapport sur l'emploi
nettement meilleur que prévu, que la Réserve fédérale américaine
pourrait commencer à relever ses taux dès le mois de juin.
    Même si la hausse des salaires et de légères pressions
inflationnistes incitent à penser que la Fed peut attendre
au-delà de juin, les investisseurs restent inquiets face à ces
signes d'accélération de la croissance américaine.
    Le département du Travail a annoncé une baisse plus forte
que prévu des inscriptions au chômage dans la semaine au 7 mars,
confirmant l'amélioration rapide de l'emploi, mais les ventes au
détail ont baissé de façon inattendue en février pour le
troisième mois d'affilée.  
    Les prix à l'importation ont augmenté de leur côté en
février, après sept mois de baisse, sans toutefois révéler une
quelconque existence d'inflation importée. 
    Les valeurs bancaires sont actives après le résultats des
tests de résistance de la Fed, qui a obligé trois grandes
banques -- Goldman Sachs, JPMorgan Chase <JPM.N< et
Morgan Stanley -- à revoir en baisse leurs projets de
distribution aux actionnaires. Citi, qui réussi les tests,
bondit de 3%. 

 (Ryan Vlastelica, Juliette Rouillon pour le service français,
édité par Wilfrid Exbrayat)