La Fnam réclame une baisse des redevances perçues par ADP

jeudi 12 mars 2015 12h23
 

PARIS, 12 mars (Reuters) - La Fédération nationale de l'aviation marchande (Fnam) a demandé jeudi une baisse annuelle de 2,5% des redevances versées par les compagnies aériennes à Aéroports de Paris.

L'exploitant des aéroports de Roissy et Orly propose de son côté une hausse de 1,75% de ses redevances en plus de l'inflation dans le cadre de son nouveau contrat de régulation économique (CRE) pour la période 2016-2020 qui doit être signé mi-juillet.

"On sait aujourd'hui qu'ils sont capables, avec une réduction de la redevance, de continuer à faire progresser le résultat", a dit Alain Battisti, président de la Fnam, lors d'une rencontre organisée par l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE).

ADP, dont l'Etat détient 50,6%, a fortement amélioré ses résultats et son dividende en 2014, malgré la grève de 15 jours des pilotes d'Air France, son principal client.

L'exploitant aéroportuaire a de son côté défendu sa proposition d'augmentation tarifaire.

"Elle repose sur des efforts de productivité très importants d'Aéroports de Paris, a été concertée avec toutes les parties prenantes et se veut cohérente, efficace et juste", a indiqué une porte-parole en réponse aux propos du président de la Fnam.

Le coût des redevances est évalué à environ 500 millions d'euros par an pour Air France et ses filiales, en grande difficulté.

Air France-KLM n'a pas souhaité faire de commentaire.

ADP devrait également redistribuer une partie des recettes de ses boutiques aux compagnies, qui lui amènent des clients, a également déclaré Alain Battisti, estimant que la hausse du trafic aérien entretient une croissance naturelle de son chiffre d'affaires.

L'opérateur aéroportuaire table sur une croissance annuelle moyenne de 2,5% de son trafic sur la période 2016-2020 et vise pour 2015 un chiffre d'affaires par passager de 19 euros, quasiment doublé en dix ans.

(Cyril Altmeyer, édité par Pascale Denis)